Tshopo : Après la composition du Bureau définitif de l’Assemblée provinciale, le professeur Patrick Matata pressenti favori au gouvernorat

Tshopo : Après la composition du Bureau définitif de l’Assemblée provinciale, le professeur Patrick Matata pressenti favori au gouvernorat

Regardant avec un œil très politique, il est clair que les élections des membres du bureau définitif de l’Assemblée provinciale de la Tshopo viennent de biaiser tous les calculs politiques de tous les 12 candidats en lice, et seul, Patrick Matata Makalamba a cette chance de présider à la destinée de cette vaste province de la république.

En effet, avec cette simple notion de représentativité, sur les communautés et élus des 8 circonscriptions de la Tshopo, 5 se retrouvent déjà au bureau. Le Président, l’honorable Gilbert Bokungu Isongibi du territoire d’Ubundu, un Lengola, le Vice-président, l’honorable Bernardin Mbilingo Asula du territoire de Banalia, Manga, le Rapporteur, l’honorable Trésor Bafandu Belina du territoire d’Isangi, un Topoke, le Rapporteur Adjoint, l’honorable Bienvenu Bolonge Limote de Kisangani, un lokele et l’honorable Questeur, madame Fallone Selenge Matenda du territoire de Yahuma, une Mbesa.

Au regard de ces résultats, il est clair que seuls, les territoires de Basoko, Opala et Bafwasende n’ont aucun fils à ce bureau, tout en ayant leurs fils, bien-entendu, dans la course au gouvernorat. Et donc, ils méritent soutien et accompagnement unanimes des Tshopolais. Avec le vote sociologique, certains pensent qu’un développement durable ne peut y reposé que si la res publica est géré par un technocrate.

Mais alors, faudra-t-il les soutenir aveuglément ?

A ce point de vue, la réponse c’est NON.

Prenant les candidatures de ces territoires, Opala présente messieurs Jean Ilongo Tokole et Constant Lomata Kongoli. Malheureusement, ces deux compatriotes ont démontré leurs limites dans une gestion chaotique de la chose publique depuis l’avènement de la province de la Tshopo de 2015 à nos jours. Les résultats de leur gestion sont un secret de polichinelle. Un bilan éhonté qui déshonore la Tshopo et ses fils à l’échiquier tant national qu’international.

Le territoire de Basoko aligne quant à lui, 2 candidats connus de tous. Il s’agit de l’honorable Ève Bazaiba Masudi et le professeur Patrick Matata Makalamba.

Parlant de l’honorable Ève Bazaiba Masudi, vous conviendrez avec tout clairvoyant que ce haut cadre du MLC et porte-parole de la coalition Lamuka est dans une position susceptible de stagner la province de la Tshopo, la sombrer davantage et la laisser dans sa situation de désenclavement total. Pourquoi ? D’aucuns n’ignorent que la plateforme politique Lamuka navigue à vue et va à contre-courant avec le président de la république actuel à savoir Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, d’où, elle est en déphasage avec le pouvoir central, or, un gouverneur d’une province est représentant du pouvoir central. Quel paradoxe ? Ne reconnaissant pas le pouvoir actuel, réclamant jusqu’ici la vérité des urnes, avec qui madame Ève Bazaiba va travailler, si par le hasard du monde, elle passait gouverneur de cette province longtemps clochardisée? N’est-ce pas une façon simple de sombrer la Tshopo dans son gouffre creusé depuis 2015? Et donc, bien que de notoriété nationale et internationale, cette dame a une position politique désagréable pour présider à la destinée de la province de la Tshopo. Qu’elle trouve plus d’espace à Kinshasa aux côtés d’autres grands noms pour défendre les intérêts de la province, telle qu’envoyée par sa base du territoire de Basoko, encore qu’elle-même est en même temps candidate sénatrice avec comme premier suppléant, son mari. Situation similaire pour le candidat Dieudonné Bolengetenge Baleya.Pour elle, sa chance est qu’elle a été combatante et continue à l’être aux côtés des boyomais contrairement à ce professeur , administratif à la DGRPO,régie financière de l’ex-province irientale sous l’époque de Bamanisa.

Eu égard à cet éliminatoire, le seul fils du terroir qui mérite soutien et accompagnement de tous, n’est autre que le Professeur Patrick Matata Makalamba qui devra jouer à cet équilibre compliqué. Il devra donc fournir l’effort de rassembler plus de monde autour de lui, rassurer les uns et les autres pour décrocher la conduite de l’exécutif provincial de la Tshopo.

L’on tentera peut-être de dire que nous avons oublié les deux autres tshopolais dont Tony Kapalata et Liotho Mbula Jeff. Non, soyons réalistes. Ces deux candidats sont comparables aux touristes qui ne sont venus ou ne viennent à la province que pour des enjeux électoraux, le développement étant le cadet de leurs préoccupations. On aurait souhaité les voir à l’oeuvre avant de leur faire confiance quand il s’agit de la destinée des 4 millions de personnes.

D’un analyste de la Tshopo ,Alain Sivanzi rélayé par kis24.info

Please follow and like us:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

RDC : Projet CRREBaC sur le fleuve Congo , des spécialistes en ressources en eau séjournent à Kisangani pour la 2eme Expédition Scientifique.

Une forte équipe des scientifiques et chercheurs spécialisés