dimanche, février 28, 2021
Home Société Kisangani: prise en charge des victimes des guerres par le gouvernement, le...

Kisangani: prise en charge des victimes des guerres par le gouvernement, le Groupe LOTUS déçu !

Le Groupe LOTUS, une Organisation non gouvernementale pour la défense et la promotion des droits humains basée à Kisangani se dit « déçu » par plusieurs approches entreprises par le gouvernement congolais et une commission provinciale tacite dans le paiement des fonds de prise en charge des victimes des guerres de six jours.

Plus ou moins 541 milles dollars, c’est la première tranche du montant alloué par le gouvernement congolais pour compatir avec 3 876 victimes identifiés, 20 ans après cette monstrueuse et atroce guerre de Juin 2000 qui a détruit et a mis le feu sur Kisangani. Sur terrain, les approches du paiement de cette somme remise à la Caritas par le ministre de droits humains André Lite suscite un tollé généralisé et crée un embarras dans le chef des victimes elles-mêmes. Entre des listes « fictives » et un « monayage » des cartes de membres, les voix sont vociférées dans tout le sens.

Pour le Groupe LOTUS, ces controverses tirent ses racines des mauvaises approches appliquées pour la remise de ces fonds. Dans une interview exclusive accordée à Kis24.info mardi 02 février dans sa résidence, Dismas Kitenge, president de cette ONGDH se dit « déçu » que les démarches menées par les activistes de droits de l’homme depuis l’an 2000 (année des atrocités) jusqu’à ces jours sont foulées au pieds. À l’en croire, Il y a des mauvaises démarches, celles de ne pas passer aux « réformes. »

« les réformes incluent aussi que les responsables de ces crimes soient déjà élagués des institutions. Notre démarche s’inscrit dans une trilogie des actions à mener, d’un côté la justice, la répression, les poursuites judiciaires contre les auteurs même congolais. On connaît les congolais qui ont été là au moment où on tuait la population. Avec ces réparations, il faut faire des démarches qui vont laisser des signes mais quand on donne de l’argent aux victimes, elles bouffent les 150 dollars, et après…» regrette le vice-président honoraire de la FIDH.

Quid des « détournements » ?

Dans l’empreinte, le groupe LOTUS n’est nullement pas aperçu. Dismas Kitenge réfute tout de même des allégations teintées des mensonges bricolés dans l’opinion publique qui certifieraient la présence de son organisation dans la chaîne de distribution de fonds voire dans le paiement des victimes. Cependant, il reconnaît que les approches n’ont pas été mises en lumière.

« le gouvernement doit être transparent dans cette opération là. Il doit rendre compte par rapport à l’utilisation de cet argent. Il doit nous expliquer que ce qui s’est passé pcq les choses n’ont pas été faites d’une manière claire. On a appris qu’il y avait des commissions mises en place, et même de gens qui auraient eu plus d’argent que les victimes. Vous avez 400 $ , 500$, 2 milles dollars, et les victimes ont 150, déjà sur le plan de l’équité, de la moralité et de la justice, c’est pas correcte. On peut pas profiter de l’argent de victimes pour s’enrichir.» clame-t-il.

Et de démentir : « D’après les rumeurs, le groupe LOTUS aurait été corrompu, mais c’est faux et archifaux parceque le groupe LOTUS a refusé de faire parti de toutes ces commissions pour ne pas se faire salir dans cette opération d’argent. Et en suite, par respect à nos principes et approches qui étaient d’aider les victimes n’ont pas à avoir l’argent individuellement mais par réparation symbolique et collective. Nous avons soutenu l’érection d’un monument, les logements sociaux pour les victimes, les hôpitaux, des écoles… Bref, qu’il y ait des choses qui vont les aider. Cette approche a été laissé de côté. (…) Nous avons refusé de profiter des victimes. On a pas été associé de loin ou de près. »

En prospective, Dismas Kitenge Senga reconnaît le geste de compassion aux victimes mais il est insignifiant, estime-t-il.
Pour lui, c’est un geste interressant pour les victimes, cependant, il ne suffit pas au gouvernement de compatir, il faut aller vers le vrai problème. Ce fond ne va pas soulager durement les victimes, souligne-t-il, en insistant que le gouvernement devrait s’inscrire dans un schéma de long terme de soulagement, d’aide aux victimes.

« le gouvernement a failli dans sa mission de protéger la population contre cette évasion étrangère. C’est pourquoi il fait ce geste moral et politique…» conclut-il.

À Kisangani, les fonds alloués pour la première tranche aux victimes afin d’une prise en charge provisoire sont au centre de vives discordes entre les bénéficiaires. Certaines victimes sont omises sur les listes et une crise de leadership s’évit dans le chef de l’association de ces dites victimes.

Bernard Kalombola, de l’ancien Comité, s’estimant toujours president et Jean Lemalema, actuel président du nouveau comité s’entredéchirent.
En sourdine, un détournement d’une part de ce fond serait concerté. Des sources fiables soulignent à Kis24.info que la Caritas n’a reçu que 495 milles dollars sur 541 milles. Chaque victime reçoit 150. Plusieurs d’entre elles se trouvent au cœur d’énormes défis liés au listage et identification.

Affaire à suivre !

Serge SINDANI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Élection au barreau de la Tshopo : Jean-Aubin Akamba nouveau Bâtonnier

Élection au barreau de la Tshopo : Jean-Aubin Akamba nouveau Bâtonnier

Regain de criminalité à Kisangani: rebelle ou nationaliste, le vrai visage de Guy Lumumba [Exclusif]

Regain de criminalité à Kisangani: rebelle ou nationaliste, le vrai visage de Guy Lumumba [Exclusif]

Beni: 14 personnes tuées dans deux attaques des rebelles à Kisima et à Oïcha

14 civils ont été tués dans des deux attaques attribuées aux combattants de forces démocratiques alliées (ADF), la nuit du mardi au...

Insécurité à Kisangani: LUCHA exige la « démission urgente » du REDOC de l’ANR et du maire de la ville

Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA section Kisangani, a tenu un point de presse ce mercredi 24 Février 2021...