C’est à travers une déclaration lue mardi 15 septembre devant la Presse et adressée au recteur avec une copie conforme au président de la République et au ministre de l’ESU que la coordination des étudiants de l’Université de Kisangani haussent le ton face à une grève “illimitée” enclenchée par l’APUKIS, l’association des professeurs, au sortir d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 08 août dernier.

Ce faisant, il se constate un “silence inquiétant” des autorités compétentes dans la résolution de cette grève, « le risque est grand » si on ne s’en prend pas correctement et dans un délai bref vu le temps imparti pour finaliser le programme restant de l’année académique 2019-2020.

Les étudiants de l’UNIKIS rappelle que malgré la levée de l’État d’urgence et la reprise tant attendue des activités académiques dans les établissements de l’ESU, ils sont jusqu’à présent les “absents.”

Une situation qui inquiète l’étudiant et est susceptible de mettre en péril son acquisition des connaissances, en ce sens qu’elle vient s’ajouter à la suite d’une crise pandémique ayant causée l’arrêt des toutes les activités académiques pour une longue durée.» vocifère Gauthier Lemba Munga, représentant des étudiants de l’UNIKIS.

Eu égard à ce qui précède et considérant la pertinence des revendications formulées par les professeurs, tout en reconnaissant à eux, la qualité des acteurs essentiels dans la promotion de l’éducation de qualité, la coordination des étudiants appelle à une reprise “effective” des enseignements sur l’ensemble de l’Université de Kisangani.

À ceci, s’ajoute, dans le souci de garantir une meilleure formation à l’étudiant qui est un cadre de demain, d’autres désidératas notamment:

– l’attention particulière et l’implication engagée des autorités compétentes dans la situation actuelle de grève que court l’Université de Kisangani.

– de prendre en compte les récentes revendications des professeurs d’en trouver des solutions prometantes et de garantir la satisfaction totale de ces derniers dans un moment bien déterminé afin que cette situation ne refasse plus surface dans les années à venir.

Informons que dans les revendications phares de l’APUKIS figurent notamment la hausse du salaire d’un professeur à hauteur de 5.000 USD.

Cette même situation s’observe dans plusieurs autres universités étatiques du pays, les fines fleurs congolaises ne jurent que par l’amélioration de leurs conditions de vie.

 

Serge SINDANI

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Élections Gouvernorales en RDC: l’AJDDH prône un vote direct pour lutter contre la corruption

Élections Gouvernorales en RDC: l'AJDDH prône un vote direct pour lutter contre la corruption