Un Tshopolais (habitant de la Tshopo), attend depuis une semaine un “pardon” de son casier judiciaire. Depuis le dépôt de sa demande, les procédures ont changé et elles coûtent plus chères.Sa seule option est de continuer d’attendre, une situation que vivent près d’un millions des Tshopolais au pays, car la Commission des libérations conditionnelles est débordée par des gémissements de Mme la Tshopo enceinte mais désespérée voyant l’accouchement venir dans un endroit sans hôpital, pas des routes, d’électricité, de l’eau potable, du chômage pourtant assise sur une richesse faramineuse.

Monsieur le kakistocrate a déboursé 1000Fc pour demander un pardon. Il avait été reconnu coupable de voies de fait après s’être battu à l’hémicycle à lieu place de reconnaître sa bourde, il y a plus de deux mois, une erreur de vieillesse politique qu’il regrette impuissament.

Je veux voyager et j’ai besoin d’un pardon, puis avoir un casier judiciaire vierge. ça me gêne énormément de rester ici pendant que les taximans payent les plaques, bientôt l’argent de taxe parcellaire, s’il vous plaît G19, PARDON!» yeux par terre, l’excellence Kakistocrate devant les commandos, aujourd’hui gardien de l’Arche de l’Alliance.

En 2018, le gouvernement national a changé la Loi sur les traitements des dossiers des kakistocrates après la chute du vieux Barbu, le flambeau des kakistocrates et il émet désormais des suspensions de services, plutôt que d’accorder des pardons hypocrites.

Ces demandes de suspension, qui coûtent désormais la Démission, sont traitées en priorité. Les demandes de pardon, formulées avant d’arriver à la commission de discipline sont traitées localement par le seigneur de l’église mère.

Cependant, s’il fait une nouvelle demande de pardon, les 1000fc payés par le kakistocrate ne lui seront pas remboursés. Le premier Tshopolais vit de prestations d’invalidité et n’a plus beaucoup d’argent pour les manœuvres.

Un pardon, on ne peut pas refuser à son frère, il y a juste une personne qui peut le donner. J’ai l’impression d’être en otage, quand la Commission dit: ”démissionne ou la justice”, je me sens grippé» s’alarme le kakistocrate, désillusionné par une journée cauchemardesque.

Le kakistocrate ajoute qu’il ne veut pas démissionner et recommencer à zéro, surtout que son poste comme journaleux est occupé par un autre.

Lorsque les procédures ont changé, il y avait deux demandes de pardon en attente à la Commission des libérations conditionnelles. Celle de l’homme aux lampadaires et du cheval blanc, toutes deux refusées et classées.

« Injuste ! »

Le députain Provincial TALIBAN, a essayé, sans succès, de faire avancer le dossier de son seigneur en initiant un dialogue, mais dommage, son semblable Taliban met plutôt en place une milice spécialiste des coups manqués:

Pourquoi ils doivent continuer d’attendre et de rester à Léopoldville, alors que le gouvernement a mis une priorité sur le mariage Barbu-joufflu ? c’est vraiment une procédure injuste », dénonce-t-il, babouche au pied.

Selon lui, les retards causés par le prolongement du séjour de son Seigneur nuisent aux intérêts de la TSHOPO mais plaisent à ceux qui tentent de reprendre la province par la théorie du complot, car avec un casier judiciaire, il est plus difficile d’obtenir un emploi.

Le prix du Pardon

Lucia “Lucha” Duran est accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis. La jeune femme doit alors trouver un moyen de prouver son innocence afin de ne pas retourner en prison. Il s’agit ici d’une série TV mexicaine diffusée sur canal+ en 2017.

À la Tshopo, il n’y a pas qu’une Lucia mais plutôt un Kakistocrate, pour ce dernier pas d’innocence. il a bel et bien saigné les finances publiques, une hémorragie financière sans calmant qui, aujourd’hui le place à la barre.

Demander pardon n’est pas obligatoire tout comme l’accepter, il s’agit ici de l’avenir d’une province-pays où on vous facture l’électricité pour l’avoir usée seulement samedi et dimanche.

Vu le gravissime de ces péchés, que pourrait représenter le pardon ? Il y a t-il un prix?

« La province de la Tshopo n’a plus un Gouverneur » parole du gardien de l’Arche de l’Alliance.

Visiblement, le prix du Pardon pour de telles accusations est «la démission», un prix qui coûte très moins cher à Tshopo puisque chez l’oncle Sam, il est couronné par la prison.

Cher Kakistocrate que veux-tu ? Le pardon seulement ? ne cherche pas à énervé la Lucha, Filimbi tout comme le cadre des concertations de la société civile puisque les motards sont encore calmes.

Arrêtez de forcer tes chantres, la messe est dite de peur qu’il endommage l’oesophage.

Rendez-nous l’argent des plaquettes motos,la dette à la banque, l’argent du FONER… « Tshopo lève-toi » pour ne dire « Tshopo Telema», la commune Kisangani veut de l’eau, Mangobo veut du courant, Opala et Ubundu ont besoin du désenclavement.

À Lubunga (pays), un bourgmestre construit le bureau d’un quartier avec taxe vélo, un monument historique avec taxe parcellaire… mais Oncle Kakisto, même pas finir ton bureau qui demeure un chantier ?

Le Pardon ne guérit pas la bosse’‘ dit-on

Steves TISSERON

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Élections Gouvernorales en RDC: l’AJDDH prône un vote direct pour lutter contre la corruption

Élections Gouvernorales en RDC: l'AJDDH prône un vote direct pour lutter contre la corruption