Réputé “démissionnaire” par l’Assemblée provinciale de la Tshopo sur fond du vote, le 25 juin dernier, d’une motion de censure contre son gouvernement et dont les résultats sont “controversés”, Walle Lufungula, au bord d’une crise interinstitutionnelle, est visé par une pétition, initiée par la “population de la Tshopo” et adressée au président de la République Félix Tshisekedi.

Dans celle-ci, dont une copie est parvenue à kis24.info via les réseaux sociaux, le gouverneur Walle Lufungula est accusé de megestion, pillages et détournements des deniers publics de la province de la Tshopo.

La population de la Tshopo, lit-on, accuse Mr Walle Lufungula gouverneur déchu pour des faits de détournement ci-après :
(Lire les faits sur la dite pétition que kis24.info vous retransmet comme telle.)

Pour ce faire, “la population de la Tshopo”, comme l’écrit sur la pétition, décrit ces faits imputés à la tête de Walle Lufungula et veut saisir, en travers une pétition, l’autorité du chef de l’État en tant que garant du bon fonctionnement des institutions.

Par ailleurs, vu “le refus de démission” du gouverneur Walle Lufungula conformément à la constitution et à la crise persistante, la population de la Tshopo, poursuit-on, sollicite en travers ladite pétition, de “révoquer Mr Walle Lufungula gouverneur déchu en qualité du gouverneur de la Tshopo et son gouvernement, vu que sa déchéance est déjà consommée par l’Assemblée provinciale de la Tshopo et la population Tshopolaise afin d’épargner celle-ci contre de trouble, violence et désordre qui continue à être manifesté et risque susceptiblement de compromettre à l’État de droit, dont vous prônez.” a-t-on lu dans cette pétition qui récolte déjà des signatures et sera transmise au président de la République.

Notons que depuis fin Juin, une motion de censure contre Walle Lufungula est au cœur d’une saga politico-juridique dans la province de la Tshopo. Des résultats “controversés” par les deux camps n’ont cessé à diviser les langues.

Cependant, l’Assemblée provinciale campe sur sa décision. Pour Gilbert Bokungu Isongibi, président de la première institution, le gouvernement est réputé “démissionnaire” et Walle, mis en accusation pour détournement des fonds de la province, doit répondre de ses actes.

Dans le camps de Walle qui s’illustre ces derniers jours à des tournées de travail dans la province, le soleil semble déjà s’arrêter à Kisangani, chef-lieu provincial de la Tshopo. Le temps est de songer à la paix, gage du développement.

Serge SINDANI

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Élections Gouvernorales en RDC: l’AJDDH prône un vote direct pour lutter contre la corruption

Élections Gouvernorales en RDC: l'AJDDH prône un vote direct pour lutter contre la corruption