Les forces vives de mwenda, entité située à plus de 55 km de Beni ville au Nord kivu dénoncent la recrudescence de l’insécurité dans cette partie du pays. Ils l’ont dit mercredi 8 juillet 2020 après la tuerie des deux personnes à Mwenda par des présumés rebelles de forces démocratique alliés (Adf).

Pour le président de cette structure citoyenne, il est inaceptable qu’on continue à tuer des civils à la presence de l’armée congolaise. Monsieur mbweki invite les Fardc à évaluer leurs strategies de sécurisation de la population et de traque des rebelles.

Que ceux qui sont concernés par la question sécuritaire qu’ils nous aident à rétablir la sécurité. La question de tueries des civils est devenue comme un chant sans mélodie. Nous ne comprenons pas comment les choses marchent notre entité est devenue comme un abattoir. S’ils se sentent incapable qu’ils nous les disent ils ne doivent pas sécuriser les orphelins ou les veuves,..” a-t-il dit en exprimant son sentiment de despoir.

En réaction, le commandement du secteur opérationnel Sokola 1, engagé dans la traque des rebelles Adf, annonce des nouvelles strategies de protection de la population. Le porte-parole de l’armée dans la zone, lieutenant Antonny mwalushayi invite les paysans au respect des consignes militaires avant de se rendre aux champs.

Il y’a des mesures sécuritaires qu’on a donné au commandant des Fardc de Mwenda d’escorter les cultivateurs mais aussi ces derniers doivent respecter nos consignes” a expliqué le porte-parole des Fardc.

Mardi dernier, deux corps deux civils kidnappés la veille ont été découverts par la population. Cette nouvelle tuerie avait provoqué la colère des habitants, ils avaient défilé avec la dépouille mortelle avant d’être dispersé par la police.

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Tshopo: une femme voilée par un militaire puis abandonnée en état d’inconscience, alerte “Afia Maman”

Une femme d’autrui, dont l’âge n’est pas révélé,