Intervenant dans le Journal de Top Congo FM ce mardi 07 juillet 2020, Me Godefroy Mwanabwato, avocat de l’Assemblée provinciale de la Tshopo se dit inquiet que le Gouverneur Walle Lufungula et ses deux ministres mis en accusation le 29 juin dernier au parquet général près la cour de cassation, s’entêtent en violation de la loi à continuer à gérer la Province.

Me Mwanabwato fonde ainsi ses allégations d’un soubassement juridique évoquant l’article 80 de la loi organique relative à la procédure devant la cour de cassation.
Cette dernière prévoit qu’en cas de vote d’une mise en accusation, « les autorités concernées présentent leur démission dans les 24 heures qui suivent.»

Pour cet avocat, des faits mis en charge du Gouverneur de la province de la Tshopo, Me Walle Lufungula et de ces deux ministres provinciaux sont des faits “graves.”

Ces sont des faits graves, il s’agit des actes de détournement des deniers publics. Ils sont soupçonnés d’avoir posé et de la violation de la loi sur la passation des marchés publics, des marchés gré à gré, la gestion opaque des fonds destinés à la riposte contre la Covid-19 en province de la Tshopo à hauteur de 300 milles dollars américains, 704 milles 289 dollars américains et 2 millions qui étaient destinés aux travaux de supression des bourbiers et de rechargement des routes notamment dans le tronçon Kisangani-banalia, Kisangani-niania-Komanda…» a expliqué Me Godefroy Mwanabwato à nos confrères.

Et de poursuivre:

Voilà pourquoi mes clients sollicitent l’implication du Président de la République pour que le gouvernement provincial puisse démissionner pour que la justice fasse bien son travail.»

Notons par ailleurs que la cour d’appel de Kisangani a dans une ordonnance datée du 06 juillet suspendu “les effets des lettres signées par le président de l’Assemblée provinciale relatives à la transmission de la résolution de l’Assemblée provinciale votée à la plénière du 29 juin portant sur accusation du gouverneur de province démissionnaire jusqu’au prononcé de l’arrêt de la cour constitutionnelle sous R const 1255.

Dans la suite, les torchons brûlent de deux côtés. Où va-t-on chuter avec cette saga politique au cœur d’une crise interinstitutionnelle sans précédent ?
Quand le vin est tiré, il faut donc le boire, conseillent les sages.

Serge SINDANI

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

RDC:La gestion controversée des sources d’eau potable aménagées par les humanitaires en ville de Butembo[Enquêtes]

RDC:La gestion controversée des sources d'eau potable aménagées par les humanitaires en ville de Butembo[Enquêtes]