Dans une déclaration lue et déposée ce lundi à l’Assemblée provinciale de la Tshopo, 5 mouvements citoyens ne vont pas dans le dos de la cuillère face à la gestion qualifiée de “Kakistocratique” du gouverneur Walle Lufungula “déchu” à travers une motion de censure votée Jeudi 25 juin. Ces derniers, encourageant la démarche des députés provinciaux lançant un coup de génie à l’endroit du gouverneur et tout son gouvernement.

Ces mouvements estiment, “c’est dans cette logique que les députés provinciaux ont porté haut la voix du peuple à travers une motion de censure contre ce gouvernement totalement
déconnecté et insouciant de la misère généralisée de sa population.”

En agissant de cette manière, ils ont manifesté une bravoure historique, faisant d’eux (pour une fois) des véritables représentants du peuple. Malencontreusement, cette entreprise salvatrice a été sujet à diverses
interprétations à cause des désorientations ayant occasionné les tergiversations dans la proclamation des résultats.A ce titre, nous comprenons à demi-mot la posture actuelle du Président de l’Assemblé provinciale qui s’en est ravisé.» lit-on.

Dans l’esprit de la déclaration, ces structures citoyennes recadre le commandement de la PNC/Tshopo après sa fameuse déclaration lue à la RTNC après un présumé conseil de sécurité provinciale, statuant sur la crise actuelle.

 Le commandement provincial de PNC/TSHOPO qui devrait jouer son rôle de  gardien de l’ordre public en ce temps de crise entre les deux institutions
provinciales,s’est délibérément immiscé dans la politique, prenant partie du
Gouverneur, en violation de l’article 183 de notre Constitution et l’article 4 de la
loi organique portant organisation et fonctionnement de la PNC qui
consacrent le caractère apolitique de la police. A ce sujet, nous saluons
l’interpellation du Commandant provincial de la PNC/TSHOPO à Kinshasa afin
qu’il réponde de ses actes. Sur cette même lancée,nous mettons en garde
tout autre service de sécurité qui s’inscrirait dans cette logique.»

Au regard de ce qui précède :

1. Nous soutenons la requête de recomptage des bulletins de vote de la motion de censure contre le Gouvernement provincial de la Tshopo initiée
par le Bâtonnier Firmin Yangambi.

2. Nous invitons la Cour d’appel à ordonner le recomptage des bulletins de
vote et établir la lumière sur les bulletins déclarés nuls afin de rétablir la vérité et fixer définitivement l’opinion publique.

3. Nous en appelons à la conscience de Monsieur Louis-Marie WalleWale (s’ilena
une) de déposer honorablement sa démission afin de sortir par la petite
fenêtre que de s’étouffer dans une timocratie éhontée. S’il ne peut le faire
de lui-même, nous l’invitons par mimétisme, d’emboiter le pas du Gouverneur de Kwango.

4. Nous demandons aux vaillants députés provinciaux qui ont
majoritairement répondu aux aspirations de la population de rester souder jusqu’à obtenir le départ effectif du Gouvernement provincial.

5. Nous invitons les Tshopolaises et Tshopolais à rester mobiliser pour des
actions pacifiques de grande envergure que nous allons déclencher
prochainement pour obtenir le départ de ce gouvernement si le statuquo
continue à planer.

Notons que 5 mouvements citoyens de la Tshopo sont signataires de cette correspondance. Il s’agit notamment de la LUCHA, FILIMBI, le Parlement Debout, Bomoko et MISS/RDC.
Par ailleurs, l’Assemblée provinciale de la Tshopo a ce lundi 29 juin clôturé sur fond de crise institutionnelle la session parlementaire de Mars 2020.

Serge SINDANI

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

RDC/Enseignement: Pas d’année blanche, un calendrier déjà établi, effets de la gratuité scolaire (Willy Bakonga, EPST aux sénateurs)

L’année scolaire 2019-2020 aurait touché officiellement à la