Pour ce Jeudi 04 juin 2020, le Souci de ce Collectif constitués des médecins nouvellement affectés sur toutes l’étendue de la Province du Kasaï Central par la série des commissions d’affectation collective du 28 avril 2020 était de rencontré le chef de l’exécutif provincial à qu’ils ont transmis de vive voix leur remerciement au nom de 250 autres médecins honorés.

C’est une première dans l’histoire de la province où une affectation est signée en faveur d’un si grand nombre de médecins, mettant fin aux discriminations et injustices dans ce secteur de la santé où seuls quelques privilégiés pouvaient jouir de tous les avantages et pas d’autres, reconnaissent ces médecins au gouverneur de province.

Motif de satisfaction pour Docteur Emmanuel KABASELE, Coordonnateur de ce collectif de médecins, qui a promis et rassure à Martin KABUYA Gouverneur de Province de la qualité du travail tant attendue par la communauté, il a par la même occasion assure également donner le meilleur d’eux-mêmes dans la prévention et la riposte contre la pandémie de Covid-19.

En en croire Docteur KABASELE, dans une exclusivité au sorti de l’audience :

Notre quota de la province s’est amélioré par rapport aux années précédentes. C’est 254 médecins qui seront alignés du premier trimestre 2020 jusqu’au premier trimestre 2021 en raison de 49 médecins par trimestre pour les T1 jusqu’aux T3, 53 médecins pour le T4 et 53 médecins aussi pour les T1 2021, une histoire qui ne s’est réalisée que grâce au concours du gouverneur Martin Kabuya »

Précisons par ailleurs, que lors de l’affectation de 250 médecins dans la province, certains acteurs sanitaires trouvent illogique d’affecter plus médecins d’un coût, sans aucune projection pour la construction des structures médico-sanitaires des tailles à travers la province.

Corneille MUAMBA DIBONDO

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

GOMA: la marche pacifique des mouvements citoyens et des partis politiques réprimée par la police Nationale Congolaise

GOMA: la marche pacifique des mouvements citoyens et des partis politiques réprimée par la police Nationale Congolaise