La direction générale des douanes et accises (DGDA) Beni au Nord-Kivu, est accusée par certains opérateurs économiques de favoriser la hausse de prix de produits de première nécessité suite à la surfacturation des frais de douanes.

Selon Clovis Mutsuva, militant du mouvement citoyen lutte pour le changement (Lucha), c’est le directeur de la DGDA Beni, Ferdinand Musatula Mukambu qui est à la base de cette situation.

L’homme qui règne depuis six (6) ans à la tête de cette entreprise publique est entrain de rouiner l’économie du grand Nord-kivu dont de la cité de Kasindi et des villes de Beni et Butembo par sa methode de travail.

Aujourd’hui la population de butembo,beni et kasindi est victime de la hausse de prix des produits de première nécessité comme: Sel de cuisine, allumette, brosse en dents, savon, tomates,…. sans citer d’autres produits non classés à la première nécessité à cause de sa mauvaise gestion. La règion qui connait l’insécurité, Ebola et covid 19 qui pouvait d’ailleurs être favorisée plus que d’autres, elle est la plus victime de sa gestion médiocre” a dit Clovis Mutsuva, militant de la Lucha.

Il indique que cette mafia est éxecutée en intélligence avec la brigade mobile de recherche de la DGDA, dirigée par philipp Bangila.

C’est pourquoi, certains commerçants cités par cet activiste de la LUCHA exigent le départ du responsable de la DGDA Beni.

A en croire, Clovis Mutsuva , la stabilisation de l’économie du grand nord est à la base du développement de cette règion.

Réaction d’une ONG qui desapprouve cette demarche

L’organisation non gouvernementale “Forum de jeunes Citoyens engagés pour la paix et la démocratie” (FOJECIPAD), une composante de forces vives

dénonce un mensonge grossier monté de toute pièce par un groupe d’individu qui distille des faussetés pour nuire à la direction générale de douane et accises (DGDA) et son directeur à Beni”. Le coordonnateur de cette organisation, Reagan Musovoli appelle les opérateurs économiques lésés d’entamer un dialogue avec cette entreprise publique.

A l’en croire, ce n’est pas la DGDA qui fixe le prix de produit de première nécessite mais plutôt le ministere de l’économie. Pour M. Musovoli, la hausse de prix peut être expliquée par la rareté des articles sur terrain suite à l’apparition de la maladie au Coronavirus qui a bouleversé l’économie du monde.

Vous savez que plusieurs véhicules sont bloqués au niveau de differentes frontières notamment à Mombasa et Tanzanie,..Suite au mesure de confinement. La logique est simple avec la loi de l’offre et de la demande quand la demande est plus forte que l’offre, il doit toujours y avoir une consequence de prix. Mais aussi avant la Covid-19, Beni connaissait toujours de grand problème notamment l’insécurité causée par les rebelles Adf qui est un facteur très important du développement économique parce que les gens ne vont plus au champ. Au même moment que les opérateurs économiques ne vont plus en Ouganda, il y’a aussi un pont d’importance capitale qui s’est éffondré sur la route Beni Kasindi suite à une catastrophe naturelle, c’est pourquoi il est impossible de traverser alors que ce pont n’est pas réhabilité” a dit le cordonnateur du COJECIPAD.

M. Musovoli pense que tacler la DGDA Beni est une mauvaise cible puisque c’est un tir mal orienté et mal cadré de la part de certains opérateurs économiques.

Je vous dis que cette entreprise est parmi les mieux organiser au pays de part son système informatique SIDONIA. Il n’y’a aucune maguoille qui puisse s’opérer à la DGDA ça que les autorités ne le sachent donc à ce noveau les gens doivent aller au près de cette entreprise et de son directeur pour avoir la bonne information. Je suis persuadé que la DGDA contribue beaucoup dans le trésor en terme de recettes

Jonathan Kataliko

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

GOMA: la marche pacifique des mouvements citoyens et des partis politiques réprimée par la police Nationale Congolaise

GOMA: la marche pacifique des mouvements citoyens et des partis politiques réprimée par la police Nationale Congolaise