Depuis près d’une semaine la toile est alimentée d’un débat citoyen sur l’importance et la nécessité du Sénat dans l’architecture institutionnelle de la République démocratique du Congo. D’après l’ACAJ qui relance le débat, En plus d’être inutilement budgétivore, il ressemble de plus en plus à une chambre de recyclage composée d’un personnel politique incapable de réaliser une mue compatible avec les exigences d’un État de droit et bonne gouvernance. Dès lors, les réactions bondissent.

Pour Madeleine NIKOMBA, Sénatrice élue de la Tshopo, l’existence de la chambre haute du parlement tient plutôt au consensus politique de Sun City.

Et à la sénatrice de penser que « les provinces, les 2e niveau d’exercice du pouvoir soient représentées au parlement central et participent à l’élaboration de la législation nationale

« Supprimer le sénat revient à mettre en cause le régionalisme.» lance la patronne de la fondation MANIK, via un tweet commentaire publié ce dimanche 31 mai.

L’honorable agissait ainsi au tweet de Mr Richard Muhungu, Juriste et Président de l’ONG Stand Up for Africa, qui dit soutenir Georges Kapiamba afin de voir si le peuple peut demander la suppression de cette chambre haute. Selon lui, c’est une “institution budgétivore et inutile.”

28 Mai 2020, l’ACAJ, Association Congolaise pour l’Accès a la Justice a dans un communiqué déploré le rejet de la demande d’autorisation du Procureur Général près la cour de cassation aux fins d’instruction dans l’affaire M.P contre le sénateur Alexis Thambwe MWAMBA Mwamba, Président du Sénat, intervenue le 26 Mai 2020.

Le refus de lever les immunités parlementaires du Président du Sénat Alexis Thambwe MWAMBA constitue un fâcheux précédent en ce que les sénateurs ont décidé de violer délibérément leur propre règlement intérieur qui proscrit notamment des imputations dommageables et autres attaques personnelles. Vouloir couvrir ces forfaitures par des immunités parlementaires pose un questionnement légitime sur la sagesse des occupants de la chambre haute du parlement.» avait déclaré Me Georges Kapiamba.

Serge Sindani

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

GOMA: la marche pacifique des mouvements citoyens et des partis politiques réprimée par la police Nationale Congolaise

GOMA: la marche pacifique des mouvements citoyens et des partis politiques réprimée par la police Nationale Congolaise