Dans une déclaration rendue public mercredi 18 Mai sur la situation sécuritaire et humanitaire qui prévaut dans la province de l’Ituri, l’UE, Union Européenne, estime que ce qui se passe dans l’Est de la République démocratique du Congo ne peut devenir une crise oubliée et que les efforts visant à mettre fin à l’insécurité dans cette région doivent être accélérés.

«Ces actes barbares doivent cesser» lance l’UE avant d’interpeller les autorités Congolaises et à la mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC, MONUSCO, de mettre fin aux agissements de la milice armée CODECO et à en déférer les auteurs devant la justice.

«Aucun sentiment d’impunité ne peut prévaloir» poursuit l’Union Européenne.

Dans la prospective, l’UE augure cependant qu’il est indispensable de faire primer le dialogue et de lutter contre toute instrumentalisation identitaire.
Elle se dit toutes fois prête à soutenir les efforts des autorités Congolaises et n’exclut pas de prendre « les mesures adéquates à l’égard des personnes, groupes et organisations qui contribuent par leurs agissements à nuire à la préservation de la paix ou à des violations graves des droits de l’homme.»

Notons que depuis le début de l’année, la province de l’Ituri est frappée d’une intensification des attaques systématiques contre la population.
Des centaines de personnes ont été tuées et plus de 200 000 civils ont fui ces atrocités attribuées pour la plupart au groupe de la CODECO.

Serge Sindani

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

RDC: l’État d’urgence prolongé par le sénat en 30 jours de la clôture de l’année scolaire

RDC: l'État d'urgence prolongé par le sénat en 30 jours de la clôture de l'année scolaire