La récente mise en place et affectation des secrétaires généraux dans différentes administrations opérée par le ministre national en charge de la fonction publique dans un arrêté rendu public le 24 Avril dernier, suscite encore débats des principes et des vives critiques dans l’opinion publique.

Ce lundi 27 Avril, le cabinet de la présidence a remonté à nouveau la pendule en annonçant dans une correspondance parvenue à kis24.info l’annulation de la nouvelle affectation, une lettre «surprise» qui crée polémique sur la toile.

Dans l’esprit de la correspondance signée par le directeur de cabinet adjoint du chef de l’État, il est notifié à Yolande Ebongo, la nouvelle patronne de la fonction publique, la violation des dispositions et instructions de la République conformément à la constitution.

Il ressort de sa lecture et des éléments à notre possession que le dit arrêté n’a pas respecté scrupuleusement le prescrit de l’article 81, alinéa 1, point 4 de la constitution de la RDC ainsi que certaines dispositions légales,…” lit-on dans la lettre.

Cette fameuse crée cependant un tollé générale sur la toile. Une opinion juge d’emblée le Diracaba Désiré Eberande d’être dans une “imposture” de porter la signature de la lettre demandant à la ministre de reporter son arrêté.

RDC, Imposture signée Dircaba du Président, qui demande à la ministre de la Fonction pub de rapporter son arrêté portant affectation des Secrétaires généraux. Le PR nomme et révoque les SG mais seule le ministre les affecte. Un Dircab ne peut s’adresser directement à un ministre” pense un internaute sur twitter.

D’où est ce que le Directeur de cabinet adj du @Presidence_RDC. tire-t-il le pouvoir de donner injonction à un membre du gouvernement de reporter un arrêté ?

Sommes-nous entrain de basculer petit à petit vers un régime présidentiel?” s’interroge Mateus Kanga, jeune leader.

Mais quels sont les dessous des cartes !

Depuis la publication de l’arrêté, la ministre de la fonction publique est victime des vives critiques.
Pourtant, Selon des sources exclusives à kis24.info, Yollande Ebongo Bosongo s’est retrouvée dès son avènement à la tête de la fonction publique, au moins avec 6 dossiers dont celui relatif à la mise en place des secrétaires généraux.

Du coup, elle a commencé par harmoniser avec la présidence de la République puis avec la primature avant finalement de prendre son arrêté.
Après vérification de l’existence réelle de l’arrêt du conseil d’État et de l’organisation du concours de recrutement, Félix Tshisekedi “en homme de paix et défenseur acharné de la cohésion nationale a laissé courir les ordonnances signées par son prédécesseur Joseph Kabila, autorisant par ricochet son ministre de la fonction publique de s’y référer pour procéder aux récentes affectations et mises à place, expliquait un proche à nos confrères de mediacongo.net

Mais d’où proviennent ces séries de méconnaissance ? À qui profite toutes ces déséquilibrations ?

Selon une source exclusive, tout est parti d’un problème de quotas. À l’UDPS, parti au pouvoir, on en veut effectivement briguer quelques uns. Pourtant il y a disconvenance.

Il y a pas moyen de les intégrer parce qu’il y a des conditions.
1.Être directeur en fonction et nommé sur ordonnance présidentielle ;
2. Avoir concouru au poste de secrétaire général via le concours ;
3. Avoir réussi au concours avec 60 % et plus.” explique-t-elle sous anonymat.

Sur quelle base compromettre un processus pour satisfaire aux appétits gourments d’un camp politique ?” clame-t-on.

Pendant ce temps, face à cette controverse, le débat reste animer dans les couloirs politiques du pays. Des leaders politiques commentent diversement la correspondance issue du cabinet de Félix Tshisekedi et mettent en exergue la supposée “imposture” de son signataire.

Pour Faustin TOENGAHO, député national et membre du FCC,

le 1er Ministre doit s’assumer et nous rassurer qu’il est effectivement Chef du gouvernement. Cet arrêté a été bel et bien traité à la primature
Pour lui, La ministre ne peut pas se permettre de le publier à l’insu du PM, son chef direct.

Pour rappel, la ministre nationale en charge de la fonction publique a récemment nommé des secrétaires généraux à l’administration. Dans cette série, le premier arrêté affecte 10 sur les 13 anciens. Le second, sur les 72 SG issus du concours affecte 43. D’où sur les 85 SG, 32 restent sur le banc de touche en attente d’une éventuelle affectation.

il n’ y a pas eu d’intrusion politique. Tous sont fonctionnaires et ont été nommés à ce titre» concluait une source proche au ministère en coupant court à tous ceux qui crient à des manipulations politiciennes.

Par ailleurs, du côté de la sommité de l’État, un silence de cimetière règne. Félix Tshisekedi semble faire sourd d’oreilles et se focaliser aux questions actuelles du pays, notamment la crise sanitaire causée par le Covid-19

Ainsi disent les anglais, Wait and See…!

Serge Sindani

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

KASAÏ CENTRAL:Mardi 02 Juin 2020, Évaluation et restitution des résultats sur la paix à la Zone Post conflit de Dibaya

KASAÏ CENTRAL:Mardi 02 Juin 2020, Évaluation et restitution des résultats sur la paix à la Zone Post conflit de Dibaya.