L e ministère de l’économie nationale est confronté à de divers problèmes de fonctionnement et de conflits de compétence qui alourdissent inutilement la machine gouvernementale quant à la gestion des questions économiques de la République démocratique du Congo.

Dans nos précédents articles, nous avions eu à relever un sérieux dysfonctionnement de ce méga ministère fonctionnant sur base du caractère familial et amical. Plusieurs correspondances du vice-ministre Didier Okito à la hiérarchie que notre rédaction s’est procurée dénonçaient cette caporalisation de ce ministère par la fratrie Bandumbola et ses copains. Malheureusement, aucune suite favorable n’avait été réservée à toutes ces correspondances pour juguler la crise qui régnait au sein de ce ministère clé, base de la politique du “Peuple d’abord” prônée par le Président Félix Tshisekedi.

À ce jour, notre rédaction est tombée sur un grave dossier et très troublant, celui de la rétrocommission qui avait élu domicile autour de la Ministre Acacia Bandumbola et sa fratrie à savoir son Dircaba Dédie Bandumbola, son frère aîné et sa Parsec Esther Bandumbola, sa soeur aînée sous le coaching du puissant conseiller en rétrocommission Mr Georges Yamba, celui-là même qui a été cité dans le dossier 15 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive.

https://www.politico.cd/grand-angle/2019/09/04/en-rdc-les-15-millions-et-la-maladie-de-largent.html/47112/

Le dossier de rétrocommission au sein du ministère de l’économie nationale est le fruit du management du gendre du Sénateur Bahati Lukwebo, ancien ministre de l’économie nationale et de Georges Yamba. Ce dossier tourne autour de la commission sur la structure des prix des produits pétroliers. Depuis une période, cette commission ne fonctionne plus suite aux discussions informelles que les deux précités entretiennent avec les opérateurs économiques de ce secteur afin de geler la structure des prix des produits pétroliers profitant ainsi à ces opérateurs en contrepartie d’une rétrocommission de plusieurs milliers de dollars dont 7000$ pour la défunte Parsec Rachel Bandumbola et 22000$ pour le bic rouge défunt Dircaba Dédie Bandumbola, tout ceci sur la charge du paisible citoyen.

https://zoom-eco.net/economie/rdc-les-petroliers-levent-la-mesure-portant-reduction-de-la-vente-de-carburant/amp/

Notons, pendant que la fratrie Bandumbola se la coule douce, le Dircab Alphonse Shungu peine à réunir même 5000$ au bout de chaque mois. Les autres membres du cabinet sont invités à faire le chemin de la croix.

Un autre élément qui attire notre rédaction, à ce jour, plus de dix patients atteints du COVID-19 sont déclarés guéris et sont rentrés dans leur famille respective. Mais seule, l’attestation de guérison du corona virus de Mme Acacia Bandumbola s’est retrouvée sur la place publique, elle qui n’a jamais été officiellement déclarée contaminée. Que cache cette vaste campagne médiatique lancée par elle sur son état de santé ? Doit-on considérer maintenant que cela ne fait plus partie de sa vie privée ? En outre, elle venait de perdre deux de ses membres de famille dont son frère aîné qui fut son Dircaba et sa soeur aînée qui fut sa Parsec. En tout ceci, doit-on considérer qu’elle a eu suffisamment le temps pour pleurer ses frère et soeur et proches collaborateurs ou c’est la soif de revenir aux affaires qui l’anime pour couvrir toutes les traces de rétrocommission et des détournements de fonds dans son cabinet?

Rachel Bandubola, soeur de la ministre Acacia Bandubola, est décédée du Coronavirus

Cette vaste campagne médiatique lancée par la Ministre Acacia Bandumbola démontre clairement qu’il y a des cadavres dans son placard du ministère de l’économie et tient urgemment possible à reprendre le travail pour ne pas les exposer à la place publique.

Sinon, la guérison de Mme Acacia Bandumbola est une alerte générale de la part du Très-Haut, le Dieu miséricordieux à son égard. Et c’est là que trouve le sens de ce passage biblique : “A quoi sert-il à un homme d’amasser tout sur la terre s’il perdait son âme?”. Que cette période difficile par laquelle elle vient de passer puisse l’interpeller et l’amener à comprendre qu’il n’y a rien au monde qui soit éternel. L’amour de Dieu et l’amour du Prochain y compris la transparence doivent être désormais la boussole de sa gestion à la tête du ministère de l’économie nationale.

Vanité de vanité, tout est vanité.

La Rédaction

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

RDC: le FPI dote de 10 millions de dollars les entreprises affectées par la Covid-19

RDC: le FPI dote de 10 millions de dollars les entreprises affectées par la Covid-19