Après 10 jours des travaux intenses et des réflexions au tour de la pandémie survenue en RDC, les épidémiologistes de la province de la Tshopo sont allés présenter des civilités ce vendredi 3 avril au près du ministre provincial de la santé, engagé tête haute dans la riposte.

Cette visite avait pour objectif de présenter les civilités et porter leurs pierres (stratégies réfléchies) dans la lutte contre le coronovirus.
Selon Vicky Bulako, président de l’ASSEP-MEC/Tshopo, ils sont prêts à aller dans le recoins de la province pour sensibiliser la population sur les mesures préventives pour lutter contre coronavirus, une stratégie qui serait efficace.

” Nous sommes prèt à aller là où les autres n’arrivent pas, vous savez que la province de la Tshopo est plus vaste, il y a des villages où il n’y a pas des radios alors nous nous engageons à aller jusque là pour sensibiliser nos frères et soeurs” a souligné Vicky Bulako à kis24.info

Pour sa part, Le ministre provincial de la santé Joachim Ondendakemi, très épatée de cette initiative, encourage les épidémiologistes qui selon lui oeuvraient d’une manière dispersée et ou, fictive et que leur apport ne se faisait pas sentir dans la santé publique, afin de valoriser l’association, inculquer la déontologie d’un épidémiologiste et les aider à bien faire leur travail.

Il a également ému le vœu de voir les épidémiologistes de la Tshopo élaboré leur propre plan d’action.
Il sied de préciser que la province de la Tshopo n’a enregistré aucun cas positif de coronavirus à ce jour, malgré sa position géographique de l’Ituri et le Nord-Kivu qui sont déjà atteintes. Cependant, plusieurs dispositions sont prises par le ministère provincial de la santé et les partenaires afin de barrer la route à tout éventuel corona virus.

Nicole ETETE

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d’activités pour la mémoire des martyrs des “événements cruels” à Kisangani

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d'activités pour la mémoire des martyrs des "événements cruels" à Kisangani