Dans un communiqué intitulé “la réaction de la Société Congolaise pour l’État de Droit à la communication de l’honorable Rapporteur de l’assemblée Provinciale du Kasaï Central”, le Directeur Général de cette structure de la société civile, le Bâtonnier de l’ordre des Avocats du Kasaï-Central Me Dominique KAMBALA NKONGOLO se dit préoccupé par la situation qui prévaut à l’organe délibérant du Kasaï-Central.

Sans mettre un accent particulier sur la forme qu’avait pris cette communication, “la SCED note avec étonnement que la première institution de la province est gangrenée par le démon de la division et déchirée par des querelles byzantines” peut-on lire dans ce communique rendu officiel 31 mars 2020.

Avant de déclarer la disponibilité de la SCED pour les missions des bons offices ainsi que la médiation entre les parties en vue de comprendre les causes et proposer les pistes des solutions, “La société congolaise pour l’État de droit est très préoccupée par cette situation qui, à n’en point douter, risque de faire plonger la province dans une crise politique grave et persistante susceptible de menacer le fonctionnement régulier des institutions provinciales, et partant, justifier la dissolution de l’Assemblée provinciale par le président de la République en vertu de l’article 197 de la constitution du 18/2/2006, telle que modifiée par la loi nº 11/002 du 20/1/2011” poursuit ce communiqué.

Selon l’esprit de ce communiqué, KAMBALA NKONGOLO lance un appel solennel aux uns et aux autres pour contribuer au décollage de la province face à certains défis donc la route Kananga-Kalamba Mbuji et Kananga-Mbuji Mayi en état de délabrement très avancé ainsi que certains projets de développement en chantier.

Corneille MUAMBA DIBONDO

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d’activités pour la mémoire des martyrs des “événements cruels” à Kisangani

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d'activités pour la mémoire des martyrs des "événements cruels" à Kisangani