Quelques heures après la confirmation du gouverneur du Sud-Kivu sur les deux cas testés positifs de corona virus dans sa province, les réactions fusent de partout et la population sud-kivucienne vit la peur au vendre selon un constant fait par le reporter de Kis24.info

La première est celle de Mr AKONGYA ABUNGULU Jacques, coordonateur urbain de la nouvelle société civile de Baraka qui dit être préoccupé de cette pandémie en province.

Nous sommes trop préoccupés par cette information, nous avons appris que le Covid-19 ravage dans plusieurs pays de la planète maintenant on nous signale que cette maladie est dans notre province. Ce que nous demandons est que la population respecte les règles de jeux données par les autorités sanitaires. Que personne ne doute plus car sa existe, nous prions au maire de la ville de suspendre les voyages routiers , maritimes et aériennes pour prévenir et nous comme société civile, nous devons l’accompagner par la sensibilisation” a-t-il indiqué.

Dans plusieurs villes, cités et villages de la province du sud-kivu, c’est une peur dans le chef de la population malgré le message au calme pronnoncé par Theo NGWABIDJE KASI, l’exécutif provincial dans son point de presse sur la présence de cette maladie.

Chez nous ici en territoire de fizi nous n’avons pas jusque-là de tests de cette maladie et nous continuons à recevoir des gens en provenance de la ville de Bukavu et Uvira voir même certains viennent du Burundi voisin, nous sommes en risque de contamination.” s’inquiète un habitant de Lweba dans le secteur de Tanganyika.

Suite à cette presence du Covid-19 au sud-Kivu, le mairie de la ville de Baraka a à son tour demandé aux médias de s’approprier les sensibilisation. Pour Jacques M’BUCWA HUSSEIN, le corona virus est une affaire de tous.

Luc LUKANDJILA

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

KASAÏ CENTRAL:Mardi 02 Juin 2020, Évaluation et restitution des résultats sur la paix à la Zone Post conflit de Dibaya

KASAÏ CENTRAL:Mardi 02 Juin 2020, Évaluation et restitution des résultats sur la paix à la Zone Post conflit de Dibaya.