Eliezer Muhindo Kasinziro, partisan du mouvement des indignés, licencié en sciences politiques de l’Université de Kisangani et engagé dans la lutte citoyenne depuis 2018, a perdu ses parents biologiques (père et mère) lors des derniers massacres des civils, jeudi 06 février à Kengele/Manzanzaba par les rebelles Ougandais des ADF/MTM encore actifs dans la région de Beni, 5 ans après.

Les deux victimes des atrocités meurtrières accrues ces jours malgré les efforts non ménagés par les autorités pour mettre laconiquement un terme à cette cruauté, ont été visité dans leurs champs et tuées, ne sachant plus éviter la manchette des éléments ADF.

À Kisangani où il ya près de deux mois, la population bravait la pluie pour une marche tonitruante contre l’insécurité à Beni, les larmes coulent et la tristesse inonde les cœurs de tous, plus particulièrement à l’infortuné, pauvre activiste citoyen Eliezer Kasinziro qui larmoye loin de sa famille émotionnée.

Si triste, je ne sais pas me contenir après cette nouvelle inopinée, ils (mes désormais feu parents) m’ont payé les études pendant 5 ans, très loin de moi. Alors que je m’apprête pour aller leur présenter ma licence voilà je vais les trouver dans les tombes de morts. Je me souviendrai d’eux car c’est grâce à eux qu’aujourd’hui je suis forgé au militantisme.” pleure-t-il.

Pour lui, la lutte contre les massacres sauvages de Beni ne doit pas cesser malgré les circonstances de la résurgence de ces tueries. Il faudra plutôt développer des approches, pense-t-il.

Je pense que c’est déjà la mort de trop et cela touche plus d’un citoyen Congolais, nous devons pas attendre l’agissement du gouvernement central qui a failli dans ses missions régaliennes mais plutôt mettre en concert nos intelligences afin de sortir des approches pragmatiques à proposer à nos autorités et ou, à s’autoengager pour éradiquer ce fléau.” a-t-il ajouté.

Notons que le pauvre Eliezer est désormais orphelin au côté de ses trois frères et ses 5 sœurs. Ses regrettés parents ne furent que des cultivateurs. Leurs corps, trouvés après 5 jours de fouille dans la forêt, ont été inhumés dans un état décomposition.
Depuis lors, des hommages affluent de tout bord pour se joindre amertumement au pauvre Eliezer Kasinziro.

Serge Sindani

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Covid-19: Les épidémiologistes de la Tshopo s’en mêlent et émettent une stratégie de la sensibilisation efficace contre la pandémie

Après 10 jours des travaux intenses et des