A’ Beni et à Mambasa, deux territoires contigus, le bilan des derniers massacres des civils est horrible, près de 48h après les représailles des djihadistes Ougandais du mouvement ADF face aux opérations militaires de grande envergure qui ont, avec succès, à la reprise de nombreux bastions de ces rebelles.

Au moins, 30 civils ont été tués par machette et ou, arme en feu à l’espace de 48h soit du mercredi au jeudi 13 février dans plusieurs localités de Mambasa et de Beni. Ces localités sont entre autre Un carré minier appelé Venez voir en Ituri et le village Mukedi à l’est d’Eringeti au Nord-Kivu.

Pour l’organisation non gouvernementale CEPADHO qui dit réaliser un chiffre de 442 civils morts, le désastre humanitaire étant patent, il importe que le monde entier se mobilise avant que le mal n’embrasse toute la region notamment du territoire de Beni et de Mambasa en Ituri, où l’ADF est devenu de plus à plus actif.

Avec les récents massacres, le CEPADHO réalise un chiffre de 442, les civils massacrés par les ADF/MTM en représailles aux offensives de grande envergure lancées contre eux par les FARDC à Beni, depuis le 30 octobre 2019″ écrit Me Omar Kavota dans un bulletin d’information du CEPADHO qui ajoute que “Face a cette impasse, notre organisation en appelle à une solidarité internationale. Il est clair que la RDC, comme tout autre état confronté au terrorisme, a besoin de l’appui d’autres puissances, de la Synergie d’efforts avec d’autres États pour affronter les ADF.”

Cependant, les forces loyalistes engagées dans la traque contre ces égorgeurs rassurent toujours de leur détermination à mettre un terme aux phénomènes ADF. D’après les FARDC, tous les bastions ont été déjà conquis, ceux qui tuent sont des “résidus” en débandade.

Serge SINDANI

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Covid-19: Les épidémiologistes de la Tshopo s’en mêlent et émettent une stratégie de la sensibilisation efficace contre la pandémie

Après 10 jours des travaux intenses et des