Des rapports accablants sur les finances publiques, les modes d’octroient des marchés, de la surveillance des travaux, le pays de Félix Tshisekedi peine à se relever sur les orbites économiques hérités de son prédécesseur.

L’incroyable programme de cent jour, un projet réfléchi savamment soufre malheureusement de l’épidémie ”corruption’‘, une maladie qui n’épargne presque personne au pouvoir.

L’observatoire de la dépendance publique affirme que la Gestion du programme de 100 jours a été dominée par la faiblesse de la transparence et de la redevabilité, l’irrégularité des procédures et l’indiscipline budgétaire. Une situation avec conséquence directe, certains projets ont été surfacturés et d’autres surfinancés.

Si les contrôles citoyens de l’Odep n’ont fait qu’attirer des menaces verbales des apprentis acolytes de Fatshi beton, ils n’ont pas étés aussi appuyés par les démarches des députés nationaux qui ont la traditionnelle mission de contrôler le gouvernement.

Les curieux, citoyens engagés, militants pro-démocratie et monsieur tout le monde s’en mêlent à la fête, contrôler et dénoncer.
L’affaire 6 millions pour la fête de l’alternance, 15 millions…et autres formes des détournements qui ont étés farouchement condamnés par les citoyens.
Qu’elle solution en tout ? Aucune sanction, pas d’interpellation, zéro suspension des concernés. Vive la république des retrocommissionnaires.

Le Congo Nouveau? Oui c’est possible dans une fixion de Nollywood.

La gouvernance économique du cinquième président de la république de Lumumba, est une forme de gouvernance des vantriotes.
Me Firmin Yangambi, l’actuel Bâtonnier du bareau de la Tshopo , n’hypotheque pas sa langue, son tweet dit tout:

Des retrocommissions aux détournements en passant par le clientélisme, le trésor public est saigné à blanc. Y aura-t-il le moindre pas vers le développement?

La gestion des finances publiques mérite une attention particulière, un avis que partage tous les congolais qui aspirent à l’avènement d’un Congo sérieux, digne, nouveau avec des dignes fils.

Si à l’aube de son pouvoir, les congolais charmés par son discours d’investiture, le Président Félix Tshisekedi se recherche encore et pour ça, une patience est sollicitée aux congolais, mais quel congolais ? Pas celui de Beni.

Steves TISSERON

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Beni: Mabunda condamne les violences meurtrières des Adf à Oicha

Beni: Mabunda condamne les violences meurtrières des Adf à Oicha