Morte très loin de ses siens à Tunis en Tunisie le 06 janvier 2020 après une longue maladie, La regrettée Madame Christine Lituka Moleka connue sous le nom de “Bijoux” a, sous triste enthousiasme de sa famille et connaissances, été inhumée entre Soleil et Lune, ce samedi 25 janvier, au cimetière moderne “Paradiso” situé au PK 11 route Bangoka à Kisangani.

Bien avant, une messe de requiem a été dite à la cathédrale Notre-Dame du très saint Rosaire en mémoire de ce douloureux événement et perte irréparable dont est actuellement victime, Papa Jean-Claude Moleka, son mari, par la disparition tragique de celle qui a partagé sa vie durant dans l’Union conjugale, à savoir madame Bijoux Christine Lituka Moleka, pleurée ces jours.

Mais Qui était justement Madame Bijoux Lituka ?

Née à Kisangani, le 24 Août 1979, de l’union conjugale de regretté Papa Paul YALUFI et de maman FURAHA Véronique encore en vie. Madame Christine LITUKA Bijoux est Originaire du village YAFOLO, Collectivité de YAOKANDJA , Territoire d’ISANGI, Province de la TSHOPO.

La regrettée était mariée coutumièrement, civilement et religieusement à Monsieur Jean Claude MOLEKA et de leur Union, ils ont eu trois filles.

Voici brièvement son parcours Professionnel

Après avoir décroché sa Licence en Biologie à l’Université de Kisangani, la regrettée a œuvré de 2005 à 2008 comme Assistante à l’ONG CONGO-IMAGE, de 2008 à 2009 caissière à la Congolaise d’épargne et crédits pour la relance économique “SECRE en sigle’”, ensuite l’UNIKIS à la faculté des sciences comme assistante jusqu’à sa mort.
Il faut noter qu’elle est ancienne du lycée Anuarite où elle a passé son bon temps d’études secondaires.

Extrait d’oraison funèbre de sa famille!

Distingués, estimés frères et sœurs, amis et connaissances, nul n’ignore la peine que tout un chacun éprouve lors de la séparation brutale entre deux êtres humains intimement unis dans la vie conjugale par un choc émotionnel provoqué par la mort inopinée d’un membre d’union conjugale.

C’est le cas que nous vivons aujourd’hui. Partie hier vivante, au-delà de ses frontières pour y recevoir les soins appropriés à sa santé, voilà qu’aujourd’hui
madame Christine LITUKA MOLEKA nous revient morte et dans un cercueil.
J’ouvre ici une parenthèse pour demander à toute, l’assistance de se lever pour observer une minute de silence en mémoire de l’illustre disparue.

Nous aurions tous voulu que Madame LITUKA MOLEKA Christine nous revienne en bonne santé ; hélas! L’Eternel en a décidé autrement. Ce qui nous reste l’amour ardent au très haut, c’est uniquement cette inoubliable citation qu’avait adressé JOB à Dieu, nous citons : “Dieu a donné, et
Dieu a repris que son nom soit glorifié”.

Rédaction

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

En Ituri: Torturées, l’ACRDH plaide pour le respect des droits des personnes “homosexuelles”

En Ituri: Torturées, l'ACRDH plaide pour le respect des droits des personnes "homosexuelles"