Kavira Alicia Kapisa, Directrice de la radio communautaire SALAMA émettant depuis la ville de Butembo au Nord-Kivu, a été victime la soirée de jeudi 9 janvier 2020 d’une barbarie des hommes en accoutrement militaire qui l’ont copieusement tabassé.

À en croire les informations à notre possession corroborées par l’organisation journaliste en danger (JED en sigle), la chevalière de la plume a été violemment agressée et laissée pour morte par deux éléments militaires porteurs d’armes en feu et dont la provenance reste inconnue, aux environs de 19heures locales.

Jointe par JED à partir de son lit de l’hôpital, Alicia Kapisa indique que ses agresseurs n’avaient pas besoin d’argent ni matériels.

Peu avant de s’éclipser dans la nature,ils m’ont avoué qu’ils étaient en train de me filer depuis le matin. Selon eux,ils ont été payés par quelqu’un que je connais bien pour m’ôter la vie pour des raisons non connues jusqu’à présent. L’un d’eux a refusé qu’ils puissent tirer sur moi. Ils m’ont tabassé à mort,blessée et torturée au point de perdre connaissance” déclare Kavira Alicia Kapisa journaliste et Directrice de la radio communautaire Salama de Butembo.

Journaliste en danger (JED) condamne avec force cette tentative d’assassinat et demande aux autorités locales de réagir fermement à la violente agression armée dont en a été visée cette dame du micro.

Dans ce contexte,JED insiste sur la mise en place du mécanisme national de la protection des journalistes comme cela a été proposé au chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi,lors d’une rencontre à Paris, capitale Française, avec la délégation de RSF et JED.

Notons que la situation sécuritaire est devenue morose dans la partie Nord de la province du Nord-Kivu à l’Est de la RDC, plusieurs journalistes y ont été déjà assassinés et le manque de suivi dans les investigations concernant ces meurtres entretient un climat d’insécurité pour les chevaliers de la plume dans la région.

Elias Aungama

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d’activités pour la mémoire des martyrs des “événements cruels” à Kisangani

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d'activités pour la mémoire des martyrs des "événements cruels" à Kisangani