Après multiples alertes sur les débordements des eaux du fleuve Congo qui préoccupent multiples familles riveraines, les réactions commencent à défiler dans les langues des fils et filles de la Tshopo.

Faustin LOKINDA, professeur des universités et homme politique de la Tshopo, qui rappelle que ces situations seraient dites au changement climatique, pense que le gouvernement provincial doit agir en faveur des victimes.
Pour cet élite Congolais, des études doivent être envisagées pour l’adaptation de ces aléas.

Dans certaines régions, les phénomènes météorologiques extrêmes et les précipitations sont vers une augmentation des phénomènes climatiques extrêmes et il est difficile de savoir si ces phénomènes vont se multiplier et s’intensifier à l’avenir” rappelle le prof LOKINDA.

Et à lui de proposer des pistes de sortie de cette crise :

Urgement il faut:
1. Évacuer La population victime vers Un site d’équilibre même vers La route aéroport.
2.Un lotissement en faveur des victimes.
3.Équiper tous les victimes en Bien matériel (médicament etc)
4. relocaliser ces populations sur des nouveaux sites
5.il faut des nouvelles études pour l’adaptation et l’atténuation” poursuit-il.

Cependant, le conseiller principal honoraire en matière de l’agriculture appelle le gouvernement de la Tshopo à agir et venir en rescousse les victimes de ce changement climatique.

Notons que la bonne partie de ville de Kisangani tend à nager dans les eaux du fleuve qui affluent de tout côté.
Cette situation qui est une conséquence du changement climatique plonge nombreuses maisons dans les inondations des eaux. Des familles vivant aux abords du fleuve passent nuit à la belle étoile.

Rédaction

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Butembo/Covid-19: 145 contacts dont 3 décès pour le premier cas confirmé

Après les investigations sur le premier cas de