La présidence tournante de la plateforme de l’opposition Lamuka revient à Adolphe Muzito. Il succede à Jean-Pierre Bemba, dont le mandat est arrivé au terme vers la fin du mois octobre dernier.

Jean Pierre Bemba a entamé son mandat depuis le mois d’août dernier. A l’instar de son prédécesseur Moïse Katumbi, il n’aura pas réussi, notamment, à convoquer la réunion de cette haute instance de l’opposition. Mais tous deux, ont réussi plutôt a organiser la fête d’anniversaire pour l’un et l’autre son Safari. Des événements qui laissent transparaître une guère de leadership .

L’avènement de Muzito au présidium de ce regroupement politique de l’opposition survient dans un contexte non seulement particulier mais aussi glissant. Celui de grandes tempêtes politiques qui va jusqu’à affecter l’avenir et la cohésion entre les leaders de LAMUKA qui ont démontrés leurs capacités de mobilisation.

Le difficile à gérer est cette épineuse question sur le porte-parole de l’opposition. Muzito comme Fayulu ne se définissent pas dans l’opposition et considèrent qu’accepter ce poste, équivaudrait à admettre que Félix Tshisekedi a remporté la présidentielle, une chose qui n’entre pas dans les oreilles de Martin “président élu

L’ex-Premier ministre Adolphe Muzito aura la lourde charge de départager l’un et l’autre sur le poste de porte-parole de l’opposition parlementaire. Nul n’est besoin de rappeler, de ce fait, que Muzito est l’un de fidèles de Fayulu dans sa lutte sur la “vérité des urnes“, alors que l’autre camp, avec Katumbi soutenu par Mbusa Nyamwisi, fait allusion à l’opposition républicaine.

C’est dans ces conditions difficiles qu’Adolphe Muzito est appelé à gérer cet héritage problematique qui lui a été légué par ses deux premiers collègues.

Énigme!

Accepter le poste de porte-parole sachant que Fayulu n’est pas dedans, veut réduire l’influence de Fayulu, mais ils n’arriveront pas

C’est en ces termes que le candidat de LAMUKA à la présidentielle du 30 décembre 2018, a affirmé clairement les choses. Refusant de cautionner un quelconque “complot“,

Martin Fayulu se trouve devant une pluie des questions :

Parce qu’on va payer le porte-parole ? Parce que vous voulez accepter que Tshisekedi a été élu ? Accepter le poste de porte-parole veut simplement dire accepter que Tshisekedi a gagné l’élection présidentielle“.à lire sur son compte twitter.

Pile ou face , qui est favori?

À l’Assemblée nationale, Moïse Katumbi a un poid lour avec le nombre de ces députés et forcement il est sur le point de remporter ce challenge pour le compte de l’opposition. Selon le president d’Ensemble, la bonne opposition passe aussi par la présence au Parlement.

Nous avons une bonne opposition, il faut bien s’entendre sur ça, car beaucoup de personnes ne le reconnaissent pas. Est-ce que nous n’avons pas nos députés au Parlement ? Si tu dis que tu n’es pas opposant, alors retire tes députés de l’Assemblée. Moi je dis toujours la vérité. Même quand je suis en exil, je me bâts pour le peuple“,a dit Moïse Katumbi à Goma.

Ce richissime homme du Katanga s’est déclaré incorruptible, affirmant qu’il n’est pas un politicien opportuniste qui fait la politique pour l’argent. une façon de réponde à MAFA qu’il ne vise pas le salaire d’un porte-parole de l’opposition.

Informons que selon la loi congolaise, le porte-parole de l’opposition a le rang de ministre d’Etat au niveau national. Il jouit des avantages et immunités y afférents. Désormais, Martin Fayulu et Moise Katumbi se regardent en chiens et chat.

Steves Tisseron

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

NORD-KIVU: Rétrocession, le président de l’Assemblée provinciale plaide pour l’effectivité de la retenue à la source

Le président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu, souhaite