L’honorable Jacques Mandiongwe, élu de la ville de Kisangani, n’a pas hésité de marquer son absence à la plénière de ce mardi 26 Novembre 2019 pour se joindre aux pleurs et désolations des victimes des guerres de 1,2,3 et 6 jours.

Le député provincial de la Tshopo a pris le devant de cette marche à côté du président de la société civile forces vives de la Tshopo Mr David Yofemo et le président des parlementaires débouts, Mateus Kanga.

Les victimes des atrocités meurtrières accompagnées d’une masse des jeunes des différents mouvements citoyens sont descendus dans la rue pour réclamer la tenue des audiences publiques entre la RDC et l’Ouganda à la cour internationale de Justice.

Dans une interview exclusive accordée à www.kis24.info pendant la marche, Jacques Mandiongwe n’a du tout pas lésiné ses mots de soutien à cette marche.

Nous sommes là pour exiger la réparation des préjudices causés par l’armée Ougandaise sur le sol Congolais. Nous avons été victimes de guerre d’un, trois, six jours et nous déplorons le fait que la cour internationale de Justice a reporté les audiences qui étaient prévues entre la RDC et l’Ouganda” a indiqué le jeune leader de la province.

Et de poursuivre :

L’armée Ougandaise a utilisée des armes lourdes sur le territoire Congolais. Nous avons connu des guerres en répétition. Les boyomais sont victimes de toutes ses guerres, voilà pourquoi nous exigeons la réparation des biens et les indemnités des guerres d’un ,trois et six jours” conclut l’honorable.

Dans la foulée, les victimes des affrontements armés à Kisangani se sont réjuits de voire cet élu du peuple s’engager pour leurs causes.
Plusieurs structures citoyennes ont répandues présents à cette manifestation Pacifique et non violente, nous citons: la LUCHA, le parlement debout, Buswe institute, Bomoko, BDH et d’autres patriotes qui se sont joints aux manifestants.

Prenant part à la marche, des jeunes Yira de Kisangani ont promis revenir dans la rue avec toutes ses couches sociales pour réclamer la paix à Beni, une région en proie des manifestations violentes contre la Monusco suite aux tueries en répétition des citoyens Congolais.
Les affrontements qui ont eu lieu en 2000 entre les troupes armés ougandais et rwandais ont fait plus de 1000 morts, jusqu’à présent les victimes de ces atrocités n’ont bénéficié d’aucun rond de la part de ce deux pays.

Signalons que le mémorandum contenant des recommandations eu égard aux réclamations des victimes a été lu et déposé dans les mains du gouverneur de province, Walle LUFUNGULA

Rédaction

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

NORD-KIVU: Rétrocession, le président de l’Assemblée provinciale plaide pour l’effectivité de la retenue à la source

Le président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu, souhaite