Le mouvement citoyen non partisan et non violent, LUCHA, s’indigne contre des constructions anarchiques et illégales qui sont faites sous le regard “impuissant” et “complice” des services de l’État, celles-ci sont observées dans nombreux cimetières fourmillant la ville de Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo.

Cette structure pro changement l’a fait savoir ce vendredi 18 octobre au cours d’une conférence de presse conviée aux chevaliers de la plume à la place des martyrs, une activité qui a marqué la triste mémoire du fameux militant “Luc Nkulula” brulé vif dans sa maison à Goma, il ya deux ans.

Occasion faisant le larron, dit-on ! La Lucha section Kisangani a exposé devant la presse, sur une thématique qui défraie la chronique boyomaise depuis des années: Profanation des tombes et Spoliation des espaces publics, face aux atermoiements des autorités, le peuple doit agir”.

Depuis quasiment 5 ans, la ville de Kisangani,fait face à une montée dangereuse des pratiques inciviques de Profanation des tombes et de Spoliation des espaces publics, on observe dans plusieurs cimetières de la ville des constructions des maisons soit en pisé, soit en semi durables, soit encore en matériaux durables.” constate Lucha.

Dans la suite, ce mouvement illustre des cas en titre d’exemplarité du cimetière Segama dans la commune de Mangobo, celui de Kambakamba à Kabondo, de dixième avenue Tshopo, et sans citer d’autres.

Eu égard à toutes ces pratiques que la Lucha qualifient par la suite “des mépris des textes et lois de la république”, “de la sacralité des défunts,socle de l’identité africaine”, elle demande ainsi à l’exécutif de la Tshopo d’activer tous les moyens de l’État mis à sa portée pour déférer les coupables et complices de cette “mafia” en justice après avoir monté une commission technique pour inventorier tous les cas de Profanation des tombes et Spoliation des espaces publics.

Pendant ce temps, cette structure d’appui à la démocratie appelle la population boyomaise à une conscience populaire qui viserait à dénoncer toutes les personnes impliquées dans la vente et l’achat du terrain dans des cimetières.

Cette pratique est une entorse gravissime aux valeurs africaines et bantoues” a conclut le militant Jedidia Mabela, communicateur du jour.

Par ailleurs la Lucha section Kisangani promet sensibiliser la population à des actions Pacifiques de masse dans la rue pour obtenir une clarification dans ce dossier, ceci à défaut de le faire dans une durée raisonnable, martèle ce mouvement.

Notons qu’une minute de silence en mémoire du militant “Héros” Luc Nkulula a été observée au cours de ce point de presse pendant qu’à Goma, ce même mouvement décernait au doyenné des prêtres catholiques un prix dit “prix Luc Nkulula pour le courage”.

Serge SINDANI

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d’activités pour la mémoire des martyrs des “événements cruels” à Kisangani

20 ans/Geurre de six jours: voici un programme d'activités pour la mémoire des martyrs des "événements cruels" à Kisangani