À Mangobo, une de six communes de la ville de Kisangani où la gratuité de l’enseignement est loin d’être une réalité dans certains établissements scolaires, la tension a monté dimanche 06 octobre dans le chef des parents d’élèves et responsables de l’Institut portant le même nom de la commune et celui de l’école primaire Bangwadi, lors d’une réunion scolaire.

D’après nos différentes sources, la fameuse mesure sur la gratuité de l’enseignement de base a été foulée au pieds par les dirigeants de ces deux établissements scolaires.
Pour preuve, ils exigeraient aux parents d’élèves le paiement d’une somme variante entre 3000 et 9000 FC.

Les chefs de ces institutions officielles ont , lors de la rencontre avec les parents, rejeté la mesure pronée par le chef de l’État en imposant à ceux-ci de s’apprêter à payer 9000 FC par trimestre, ceci pour soulager les enseignants non matriculés par l’État et les sentinelles d’écoles.
Une idée qui n’a pas rejoint la sensibilité et l’attention des parents qui n’ont pas du coup hésité à manifester leur mécontentement jusqu’à interrompre scandalement la réunion.

Cependant ,les parents sont restés sur le même point, celui de confirmer l’application sous toutes ses formes de la gratuité de l’enseignement de base qui précise la supression de tous les frais de scolarité dans les établissements publics d’enseignement budgétisés de l’éducation de base, la supression des frais de motivation payés par les parents d’élèves aux enseignants dans tous les établissements publics.

Notons que certains responsables d’écoles interrogés affirment tout de même que la gratuité ne prend seulement qu’en charge “les enseignants mécanisés et non ceux qui sont les NP,non payé et ou les nouvelles unités, les frais de fonctionnement ne leur prend pas en charge”.

Serge Sindani

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

GOMA: Meurtre d’un élève et incendie d’un poste de la police, les activités reprennent après une journée agitée ce mardi

GOMA: Meurtre d'un élève et incendie d'un poste de la police, les activités reprennent après une journée agitée ce mardi