Le président de la république, Felix Tshisekedi qui séjourne depuis l’après-midi du lundi 7 Octobre à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu a promis à la population qu’il prêt à mourir pourvu que la paix revienne dans la partie orientale du pays, victime de l’insécurité il y’a près de deux décennies.

Félix Tshisekedi l’a dit devant une marrée humaine qui est venu écouter son discours à la place de l’indépendance.

Lorsque nous étions en campagne j’avais mis en avant le bien-être de l’homme congolais et le bien-être de l’homme congolais commence par le défi de la paix. Je suis conscient de souffrances qui sont les vôtres et je n’ai ménagé aucun effort depuis que je suis au pouvoir pour entretenir nos forces armées et tout faire pour que celles-ci soient au top niveau et puisse faire leur devoir qui consiste à imposer la paix dans tout l’ensemble du territoire national . Et cette paix croyez-moi je suis prêt à mourir que soit une réalité” a expliqué Felix Tshisekedi ovationné par des milliers des personnes dont les militants de l’opposition et de sa coalition CACH.

Lors de son premier déplacement dans l’est du pays précisément à Beni le 16 Avril 2019, l’ex opposant proclamé vainqueur des élections controversées de décembre dernier s’était montré rassurant pour pacifier l’est du pays, où les groupes armés sèment la terreur et la mort. Le chef de l’État avait ainsi demande aux groupes armés locaux ou étrangers actifs dans cette région de déposer les armés avant la traque de l’armée congolaise contre tout mouvement subversif.

Le président de la république, Félix Tshisekedi va procéder ce mardi 8 Octobre 2019 à l’inauguration du grand laboratoire agricole dénommé Institut international d’agriculture Tropicale ( IITA) à Kalamo, en territoire de Kabare au Sud-Kivu.

Plusieurs chefs d’États africains sont annoncés à cette activité dont le Rwandais Paul Kagame.

Jonathan Kataliko

Please follow and like us:

Facebook Comments

You may also like

NORD-KIVU: La LUCHA appelle aux poursuites des casques bleus auteurs de tirs sur les manifestants à Beni et Butembo

Le mouvement citoyen lutte pour le changement, Lucha