Les militants du mouvement citoyen lutte pour le changement(lucha)section de goma sont une fois de plus en sit-in devant les installations de la maison de télécommunication airtel à goma,lundi 23 septembre.

Deux jours après l’arrêstation du deuxième groupe des 23militants de la lucha, leurs collegues poursuivent avec leurs sit-in non stop devant airtel pour revendiquer l’amélioration de la qualité des services offerts à la population congolaise,la géolocalisation des kidnappeurs qui usent et bénéficient du service airtel money et la libération immédiate et sans condition de 36militants de la lucha arrêtés respectivement mercredi 18 et jeudi 19 septembre dernier pendant qu’ils étaient en sit-in pacifique devant airtel.

Nous n’avons pas peur de ceux qui ont peur de nous,ce sont des lâches,la prison est l’arme de petits esprits, mais nous nous sommes des gros esprits,et C’est pour cette raison noble que nous sommes encore ici devant la maison airtel” a indiqué Espoire Ngalukiye militant de la lucha,avant de qualifier l’arrêstations de ses amis militants d’un non événements.

C’est seulement les militants de la lucha qui sont victimes de la mauvaise qualité des services airtel?

Sur place la population se lamente.À titre illustratif,les taximens qui en sont aussi inquièts,déplorent la mauvaise qualité des services airtel.

Ces jeunes militants de la lucha ont vraiment raison,sommes tous fatigués par ce que airtel nous donne comme connexion surtout dans les heures vesperales,Nous avons changer nos sim en 4G sous pretexte d’une bonne connexion mais C’est maintenant le contraire,vraiment l’usage de la connexion airtel est devenu un casse tête pour nous” a indiqué à kis24.info monsieur ELIA un taximen de goma.

Rappelons que 36 militants du mouvement lutte pour le changement arrêtés la semaine dernière restent en détation.

Elias Aungama.

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

GOMA: Meurtre d’un élève et incendie d’un poste de la police, les activités reprennent après une journée agitée ce mardi

GOMA: Meurtre d'un élève et incendie d'un poste de la police, les activités reprennent après une journée agitée ce mardi