En république démocratique du Congo, un célèbre militant du mouvement citoyen lutte pour le changement ( Lucha) section de Beni ville au Nord-Kivu a été libéré par la justice militaire ce jeudi 22 Août.

Clovis Mutsuva alors président des étudiants de Beni et militant de la lucha était accusé par la justice militaire de trouble à l’ordre public et rébellion pour avoir demande aux jeunes de cette région de se prendre en charge en organisant une auto-formation militaire au stade de Kalinda, le 14 Août dernier.

Cette libération intervient au terme de bons offices de plusieurs personnes et une avalanche exigeant la libération de ce jeune (Ndrl Clovis Mutsuva) qui affiche son intention de défendre sa patrie la RDC.

Ce jeudi, Clovis Mutsuva a été d’abord conduit cet après-midi à l’état-major des opérations Sokola 1 , Grand-Nord à Paida Taliata par l’auditeur militaire près la cour opérationnelle du Nord-Kivu, Colonel Kumbu Ngoma accompagné de l’avocat conseil du prévenu.

Le commandant des opérations Sokola 1, Général Mbangu Mashita a longuement prodigué des conseils au jeune Clovis Mutsuva.

C’est sur ordre que le président des étudiants de Beni a été libéré sans condition.

Nous sommes venus échanger avec le général. Nos échanges ont tourné au tour de notre message que nous avions lancé. Nous venons de nous accordé sur certaines choses. Nous avions compris qu’il y’ avait des gens qui nous avait mal interprété. Nous appelons la population à nous faire confiance. Toutes nos activités vont respecter la constitution” a indiqué Clovis Mutsuva, président des étudiants de Beni.

Tout s’est passé en présence du commandant de la Pnc Beni, Colonel Kazingufu.

Aborde , les président des autres institution interuniversitaires ont salué cette libération.

Rappelons que, Clovis Mutsuva a passé une semaine en détention.

Jonathan Kataliko

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

En Ituri: Torturées, l’ACRDH plaide pour le respect des droits des personnes “homosexuelles”

En Ituri: Torturées, l'ACRDH plaide pour le respect des droits des personnes "homosexuelles"