C’est une inquiétude du député national Tembos Yotama sur la flambée des cas positifs de la maladie en Virus Ebola dans la grande partie du Nord-Kivu notamment à Butembo sa base électorale.

En effet,dans une déclaration publiée ce mardi 06 Août 2019 ,cet élu de Butembo demande la libération des médecins arrêtés par les services de sécurité après des accusations contre eux d’être des auteurs intellectuels de l’assassinat du docteur camerounais Richard Mouzoko.
Le docteur Mouzoko avait été tué par balle le 18 Avril 2019 aux cliniques Universitaires de l’Horizon (UCG) par des inconnus.

C’est ainsi que les autorités avaient annoncé que les enquêtes avaient été amorcé pour dénicher les auteurs de ce crime. Elles ont procédé à l’arrestation des plusieurs personnes considérées comme auteurs matériels et intellectuels de cet acte. Quatre médecins se trouvent dans le collimateur de la justice dont deux sont aux arrêts depuis quelques jours.

De ce fait l’honorable Tembos Yotama demande qu’une audience publique soit organisée pour tirer au clair cette affaire.

Nous savons quand commence les enquêtes mais nous ne savons pas quand ça se termine. Nous avons appris que les services de sécurité sont entrain d’exiger 5000$ pour une liberté provisoire ,ce que nous considérons comme une façon d’ exiger aux médecins.”_a-t-il indiqué.

Dans sa déclaration,cet élu de Butembo dénonce le fait que Ebola est devenu un fond de commerce pour certaines autorités qui veulent voir Ebola se pérenniser.

Ils ont acheté de véhicules qu’ils ont mis à la disposition de la riposte,ils ont engagés leur frère,beaux-frères,copines… “ a renchéri Tembos dans sa déclaration.

Il est à noter qu’un ultimatum de 48 heures à dater de ce mardi 06 Aout a été donné aux autorités par la corporation des médecins de Butembo pour que leurs collègues soient remis en liberté.

Une fois ce délai dépassé,ils menacent d’entrée en grève sèche et se retirer des activités de la riposte.

Gloire Bakyahulene

You may also like

RDC: Deux Chefs rebelles ADF dont une dame tués dans le triangle de la mort à Beni [FARDC]

Les forces armées de la République Démocratique du