TSHOPO: Souci d’un changement tout azimut en RDC, Doctus Grison Kakumbi en appelle d’abord au changement des mentalités

TSHOPO: Souci d’un changement tout azimut en RDC, Doctus Grison Kakumbi en appelle d’abord au changement des mentalités

Professeur KAKUMBI grison

«Jeunesse et Changement des mentalités : Danger et Enjeux de l’entreprenariat à l’épreuve du culturel congolais », tel est le sujet qui a fait l’ossature d’un grand exercice scientifique, une conférence-débat animée par le Professeur-Docteur Grison-Trésor KAKUMBI Belumba a l’amphithéâtre de l’Université de Kisangani le jeudi 1 er Août 2019.

Abordant l’explication brève de concepts clefs, le conférencier du jour précise que la jeunesse selon la charte africaine c’est pour toute personne âgée de 15 à 35 ans. Quittant cet aspect purement juridique, en philosophe du droit il souligne ce qui suit :

Par ailleurs, dans un ailleurs bien sûr mais sans raillerie, la jeunesse est idéelle et intemporelle ; la jeunesse c’est une philosophie qui se fonde sur l’éclatement de la rationalité et de la raisonnabilité jusqu’au point de fonder l’humain dans l’homme. Autrement dit la jeunesse, c’est la mentalité pure sur laquelle tout être humain acquiert son humanité et derrière quoi il est utile et pour lui-même et pour les autres. Dans ce cas, la jeunesse n’est pas exclusivement pour les jeunes suivant l’âge sus
évoqué mais plutôt pour tous les membres de la société et peut rajeunir même les vieux en faisant deux des jeunes dans l’esprit, dans le comportement, dans la mentalité, d’où la nécessité de changement de mentalité.
»

D’entrée, l’orateur du jour voulait apaiser les esprits des participants en leur rassurant que le danger dont question ne s’explique pas par la violence, les conflits ou la tension seulement mais détient dans sa polysémie d’autres connotations positives. D’abord suivant l’évangile, clarifie cet ancien religieux des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus, le Seigneur Jésus avait dit que « depuis Jean-Baptiste le Royaume de Dieu appartient aux plus violents qui sen accaparent ».

Donc violents ici comme ceux qui savent faire le sacrifice, l’ascèse. Ensuite, en revêtant sa robe du philosophe, l’orateur donne un autre sens positif du concept « Danger » en évoquant le philosophe allemand Friedrich Nietzsche qui dit « la vie est dangereuse, il faut la vivre dangereusement.

Et on ne peut vivre en paix que quand on a de l’arc avec des flèches parce que la vie c’est la guerre ». Et donc, la vie en tant que guerre, ne l’est pas contre son voisin ou son prochain, les autres donc mais contre soi-même pour faire face aux contraintes sociétales, faire face à tous les obstacles de la vie. Enfin, poursuit-il, à la suite de Jacques Derrida, il souligne que le mot danger ressemble au mot pharmacie qui du grec « pharmakon » signifie à la fois poison et remède. Et que pour lui, il est temps que l’on transforme le danger en opportunité, en enjeux.

Participants de la conference

 Pour ce philosophe: « la culture congolaise recèle en son sein les germes de ses propres malheurs. Les congolais sont les premiers responsables de la misère dans laquelle leur pays est plongé depuis des décennies.» la culture congolaise développe la mentalité de la dépendance et de ce fait, de l’irresponsabilité et de l’oisiveté.

Le changement de mentalités dans l’agir de la jeunesse c’est produire un type d’homme qui inspire espoir pour lui-même et pour le pays puisque habité par le sens de citoyenneté responsable et du patriotisme positif. Pour ce faire, il faut un changement de mentalités, mieux, une révolution culturelle qui fait de tout homme (jeunes et vieux) l’incarnation des bases juridiques et sociales positives, d’un homme indépendant qui doit compter d’abord sur lui-même.

Pour la RDC de ce jour, martèle avec emphase cet intellectuel congolais, la bonne mentalité doit nécessairement incarner les aspects ci-après que chaque citoyen doit s’approprier et inciter à l’appropriation pour une couche sociale donnée : il faut adopter une mentalité gagnante et non perdante, optimiste et non pessimiste, il faut toujours croire que c’est possible. Il faut une mentalité constructive et non destructive (pas se faire justice, pas se venger, parler en mal des autres ou les diviser, pas penser casser, détruire) surtout en cas d’obstacle ou des problèmes. Il faut une mentalité de rassembleur, fédérateur quand tu aspire au leadership dans ce Congo divisé, déchiré même pour les fils et filles de même famille, de mêmes parents.

Comment faire pour que tout le monde gagne ? Il faut une mentalité d’entrepreneur à tous les niveaux, économique, politique, sociale, scientifique, etc.  C’est dans cette optique que nous ferons de ce pays, une république unie, attractive et entreprenante suivant les mots magiques de l’Honorable Sénateur James BAYUKITA MAKULA avait souligné ce plus jeune professeur philosophe de l’Université de Kisangani. In fine, nous changeons notre mentalité sur base des gens que nous fréquentons et des livres que nous lisons.  Les associations doivent aider les jeunes à changer leur mentalité dans le bon suivant les objectifs assignés.

Pour finir, le Professeur-Docteur Grison-Trésor KAKUMBI a donné un exercice aux participants et à toute personne qui veut le changement dans ce pays :

voici les mentalités à combattre : le tribalisme, la justice populaire, la corruption, la fraude, trafic d’influence. Tandis que les mentalités à innover dans l’agir de la jeunesse :l’unité, l’hospitalité, l’amour qui doit aboutir au vrai patriotisme, le pardon, la solidarité,le respect de l’autre et surtout des faibles(l’enfant et la femme), la loyauté, l’honnête,… et cela ne sera pas toujours facile. Cela n’est pas toujours facile.

Après cette communication, le jeu des questions-réponses s’en est suivi sans se terminer jusqu’après la conférence.La deuxième partie de ces assises était centrée sur la restitution des différentes rencontres à Kinshasa au nom de la jeunesse. La première est celle de la participation des états généraux de la jeunesse congolaise, un colloque national produit par le Mouvement des jeunes pour l’entreprenariat stratégique, MOJES en sigle qui a abouti par des résolutions pour les jeunes du pays. En remerciant le
coordonnateur National de MOJES, l’Ingénieur Damien TWAMBI, le conférencier a souligné le côté positif de l’initiative de MOJES en faveur des jeunes du pays surtout sur ses deux objectifs notamment le changement de mentalité et l’entreprenariat. En attendant l’arrivée de l’équipe nationale, une coordination provinciale doit être constituée de dix personnes selon les statuts de MOJES. Il revient au volontaire de se manifester après la séance. Ce qui fit fait.

Amphithéâtre de université de Kisangani

Hormis cela, le Coordonnateur des jeunes leaders Intellectuels de la Tshopo a présenté les condensées du mémo des jeunes de la province de la Tshopo adressée au Chef de l’État.Il a souligné que c’est la conseillère spéciale du Chef de l’État en matière de la jeunesse, SE Mme Chantal YELU MULOP qui a reçu la délégation de la province de la Tshopo dans son cabinet. Tout en remerciant cette dame de fer, ce fils de la Tshopo a rappelé le souhait de la Conseillère suivant les instructions du Chef de l’État sur les jeunes du pays avec qui il veut travailler. C’est dans ce cadre que la conseillère a annoncé le forum sur la jeunesse du pays dans les prochains jours.Sous la coordination du Professeur Grison-Trésor Kakumbi, la délégation de
la Tshopo a travaillé avec le Dircaba chargé des jeunes Mr Victor AMISI et le régional chargé de la Tshopo dans le cabinet de la conseillère du chef de l’État Mr Herman MBUWA.

Professeur Grison KAKUMBI

Pour finir cette étape, le Professeur Grison-Trésor KAKUMBI a profondément remercié les fils de la Tshopo qui les ont accompagné et soutenu sur le plan scientifique et financier notamment l’honorable sénateur James BAYUKITA Makula, l’Administrateur pétrolier-minier Bijou LOMBEYA Lotumbe et l’honorable député national Etienne MASANGA, etc.

Une salle archicomble, pleine à craquer vomissant du monde et envahie par des professeurs, Chefs de Travaux, assistants, étudiants, fonctionnaires et acteurs de développement et de la société civile et autres invités venant de 4 coins de la ville de Kisangani.
                                                                                                       

Rorbert MBUYI MUKADI

Please follow and like us:

You may also like

RDC – Asphaltage de la voirie de Beni : Mme Getou Vihumbira blanchit dans l’affaire détournement des fonds par un groupe de pression

Le groupe de pression Veranda Mutsanga , section