Le mouvement citoyen non partisan et non violant “Lucha” section de Kisangani convie le gouverneur de la Tshopo et ses membres à avouer leurs biens acquis avant leur avènement à l’exécutif de la province.

Cette demande civique est reprise dans une déclaration de presse publiée ce jeudi 18 juillet 2019 à Kisangani , chef-lieu de la province de la Tshopo.

Dans celle-ci , la Lucha précise par ailleurs que cet exercice démocratique est conforme à l’article 24 de la loi sur la libre administration des provinces qui stipule :

Avant leur entrée en fonction et à l’expiration de celle-ci, les membres du Gouvernement
provincial sont tenus de déposer, devant la Cour administrative d’appel, la déclaration
écrite de leur patrimoine familial, énumérant leurs biens meubles, y compris actions, parts sociales,obligation,autres valeurs, comptes en banque, leurs biens immeubles, avec
indication des titres pertinents. Le patrimoine familial inclut les biens du conjoint selon le régime matrimonial, des enfants mineurs et mêmes majeurs en charge du couple
.”

extrait de l’article choisit par Kis24.

Et à cette structure citoyenne d’écrire :

En définitif , la Lucha/Kisangani invite le gouverneur Walle Lufungula et tous ses membres de son gouvernement à déclarer leur patrimoine familial ,afin de donner des premiers signaux de leur volonté politique à imprimer une gestion orthodoxe de la Res Publica.” a-t-on lu dans la déclaration.

Cependant, ce mouvement promet déclencher des actions pacifiques pour exiger la démission de l’exécutif de la province en défaut de le faire dans les délais repris dans cet article 24 de loi sur la libre administration des provinces.

Il sied de rappeler que La déclaration a été rendue public dans le cadre du lancement officiel d’un baromètre de contrôle , de suivie et d’évaluation du programme du nouveau gouverneur Louis-Marie Walle Lufungula.

Cet instrument de mesure est appelée par la Lucha Wallemetrie.

Serge Sindani

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

RDC : Des crimes s’accentuent à l’Est dans un environnement politique très critique , la CRDH lève le ton

La convention relative pour les droits de l’homme