Kisangani : le maintien de la salubrité publique au menu d’un tête-à-tête entre la Lucha et le maire de la ville

Kisangani : le maintien de la salubrité publique au menu d’un tête-à-tête entre la Lucha et le maire de la ville

Le maire aï de la ville de Kisangani a accordé ce vendredi 05 juillet une entrevue d’échanges à la lucha , répondant ainsi à leur appel d’un sit-in prévu à ce sujet.

Avec dextérité et célérité , le mouvement citoyen Lutte pour le changement section de Kisangani a , au cours de ces cadres d’au-moins une heure de temps , présenté plusieurs préoccupations des milliers de Boyomais liées à l’environnement sain et propice notamment l’absence des poubelles publiques dans la ville , un droit garanti plutôt à tout citoyen par la constitution dans son article 53.

Cependant , cette structure citoyenne a formulée une gamme de revendications pouvant aider à améliorer la salubrité publique dans toute la ville.

_procéder à l’installation des poubelles publiques dans les endroits les plus fréquentes de la ville,
-la construction des installations sanitaires publiques,
-La mise en place d’un charroi automobile pour une évacuation programmée des poubelles,
-lancement d’une campagne de bouchage à tous les caniveaux.” a lu , le militant Andy djuma , un mémorandum devant le maire de la ville.

Mme Eugénie Wandandi , autorité urbaine , a à cœur ouvert pris en compte ces revendications , l’une des préoccupations majeures de la mairie.

Occasion faisant le larron , Eugénie Wandandi a par ailleurs exhorté ce mouvement et d’autres qui militent pour le changement à mener des actions communes pour l’effectivité de la salubrité publique.
Et mobiliser la conscience dans le chef des jeunes pour un changement de mentalité.

C’est dans son bureau de travail que le maire aï de Kisangani a reçu ces militants pour ces cadres d’échanges.
Ces derniers sont sortis avec un sentiment de satisfaction.

Serge Sindano

Please follow and like us:

You may also like

BENI : Une vingtaine des victimes rescapées des violences armées prises en charge par le CICR.

Une vingtaine des blessés par arme et des