Cela fait suite à la situation sécuritaire précaire dans ce coin du territoire de Beni. Les infirmiers de cette contrée craignent pour leur vie après l’assassinat de l’infirmier titulaire d’Isonga, Saanane Visogho, en février dernier.
Il avait été tué par des inconnus qui lui avait accusé d’être à la base de l’intervention de l’équipe de riposte contre Ebola dans cette partie.
La quasi-totalité d’infirmiers de la chefferie de Bashu vivent dans la clandestinité surtout dans la zone de santé de Vuhovi.

Les infirmiers vivent dans la clandestinité depuis l’assassinat de l’infirmier titulaire d’Isongo et surtout après l’attaque du centre de santé Buhesi. Les autorités doivent nous venir en aide et protéger les infirmiers dans notre entité si non c’est nous la population qui allons payer les ponts cassés “ craint Moïse Kiputulu directeur général de l’ONG -UCEDD .

Ces attaques ont débuté avec l’avènement de la maladie à virus Ebola dont certaines gens ne croient pas à son existence.

Gloire Bakyahulene

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

Butembo: L’argent des ONG Internationales ne bénéficient pas aux locaux

Dans une conférence de presse tenue ce mardi