TSHOPO : Sous l’impulsion du GOUV Lomata, la politique de liaison des communes boyomaises par voie routière s’enracine

TSHOPO : Sous l’impulsion du GOUV Lomata, la politique de liaison des communes boyomaises par voie routière s’enracine

Au four et au moulin ces derniers jours, en sa qualité d’assistant principal du gouverneur, Ernest Hans a divorcé d’avec son bureau climatisé, cap vers le terrain pour donner un peu de tonus et un peu de contrôle sur ce qui se fait sur terrain.

Vous vous en doutez, il s’agit des travaux d’assainissement de différentes artères à travers les diverses communes de la capitale Tshopolaise. Ce, dans le cadre de la politique de réunification des communes par voies routières, politique savamment conçue par l’intelligence du gouverneur de la province de la Tshopo, Constant Lomata Kongoli.

Selon l’assistant principal du gouverneur trouvé sur un des chantiers:

un boyomais qui quitte Mangobo peut facilement arriver dans la commune Kisangani en passant par la 15 ème Tshopo, ou par la route sotexki, rond-point du stade, le gouvernorat, IBTP, TP, ou la route Damba puis chuter sur la route aéroport. Ceci ne peut se faire, dit-il, que si cette politique est savante du gouverneur est appliquée.

C’est dans cette optique que l’Office des routes est mise en contribution avec ses engins pour commencer avec les travaux d’assainissement.
Actuellement, les artères concernées sont notamment : l’axe Rond-point du stade-Sotexki, Rond-point du stade-Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, route camp Ketele, la route de l’hôpital de référence de Kabondo entre route camp Ketele et “Angement” et enfin, la route Beltexco plus précisément l’endroit qui servait de parking aux transporteurs en commun par véhicules Fuso, etc.

Les travaux effectués par l’Office des routes étaient effectivement, l’assainissement, le bouchage des point-à-temps, les bouteillers, le curage de caniveaux, en attendant le jet de la limonite et son compactage.

Après ce tour de chantiers, les taximens ont dit leur remerciement car, selon eux, déjà à ce niveau, ils sont épargnés des maux de lombalgie qui étaient fréquemment causés par les point-à-temps et les bourbiers en plein centre-ville qui créaient des flaques d’eaux dont les noms étaient indûment attribués aux autorités provinciales et locales. D’où, le vœu de voir le gouverneur aller jusqu’au bout, jusqu’à y jeter la limonite.

Le développement, un vœu de tous .

Mbuyi Mukadi, éditeur de Orientale Infos.

Please follow and like us:

You may also like

Ituri : 3 Morts dans une attaque près de Bunia

Trois personnes ont été tuées, lundi 19 Août,