Au cours d’une manifestation pacifique tenue, ce jeudi 7 mars à BENI ( Nord-Kivu), les militants du mouvement citoyen lutte pour le changement ” lucha” ont mis en cause l’Institut congolais de conservation de la nature ” ICCN” comme complice des massacres des civiles perpétrés dans cette région par les rebelles des forces démocratiques alliées ” ADF”.

Ces militants pro démocratie ont appelé à ” interroger L’ICCN sur les massacres qui se commettent régulièrement dans la région de BENI et dont les auteurs se cachent en plein parc ( Virunga) sans causer aucun acte de violence contre les éco gardes” peut-on lire dans un mémorandum déposé à l’hôtel de ville.

Les manifestants ont aussi appelé à la fin de tueries à BENI, et ont dénoncé certains actes de tracasseries commis par certains militaires des forces armées de la RDC ( Fardc), sur la population de Rwangoma , entité située à plus au moins 3 km du centre ville de BENI, où six civiles avaient été tués lors de la récente incursion des rebelles ” ADF” , la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 février.

C’est ainsi qu’ils ont demandé aux autorités militaires de ” délocaliser le camp Fardc de rwangoma à la périphérie” .

Dans le but , selon la lucha de déjouer certaines attaques des rebelles ADF dans cette contrée de la ville et de ne pas confondre les militaires aux assaillants qui portent la même tenue” poursuit la même déclaration.

Plusieurs habitants de BENI ont pris part à cette marche, qui est partie de rwangoma ( en commune de BEU) et a chuté à l’hôtel de ville de BENI.

Cette nouvelle marche de la lucha se terminée sans aucun incident.

Jonathan kataliko

J'aime :

Facebook Comments

You may also like

GOMA: Meurtre d’un élève et incendie d’un poste de la police, les activités reprennent après une journée agitée ce mardi

GOMA: Meurtre d'un élève et incendie d'un poste de la police, les activités reprennent après une journée agitée ce mardi