RDC- BENI : les policiers se révoltent suite à deux mois d’arriérés de salaires

RDC- BENI : les policiers se révoltent suite à deux mois d’arriérés de salaires

Les nouvelles unités de la police affectées à BENI ( Nord-Kivu), se sont soulevées , ce jeudi 14 fevrier pour réclamer le paiement de deux mois d’arriérés des salaires .

Aux environs de 15 heures locales, des coups des balles retentissent à l’État major de la Pnc BENI. Ce sont, les nouveaux policiers affectés dans la région qui tirent en rafale pour réclamer leur salaire de deux mois.

Toute la ville a été prise de panique. Les activités socio- économiques sont paralysées. Les habitants fuient dans tous les sens.

Difficile à calmer les manifestants, l’armée intervient, après 15 minutes d’émoi. Le commandant des opérations sokola 1, Marcel mbangu qui s’y est rendu va apaiser la tension.

Le maire de BENI reconnaît les réclamations des mecontents.

Toutes fois, nyonyi bwanakawa, accuse plutôt la banque dans le retard de paiement des soldes des ces policiers.

Nous déplorons ce qui vient de se passer cet après-midi à BENI. Il s’agit, d’un mecontement au près des certains éléments de la police nationale congolaise, qui n’ont pas été informés de la réalité qui a.
Ils ont pensé que leur solde a été détourné par une autorité quelconque. Mais pour avoir été sur terrain et mené des investigations . Il vient de m’être appris que les policièrs alors qu’ils s’attendaient à percevoir deux mois des soldes, ils ont perçu un mois et le deuxième traine encore au niveau de la banque, la banque qui était encore à la phase de procédure. C’est cette impatience qui a amené les policiers à poser l’acte que nous déplorons pour cet après-midi. Tout ce que je peux vous rassurer, ce que la situation est revenue au calme. D’autant plus ,J’ai vite fait appel au commandant général secteur qui s’est amené avec les éléments des fardc qui sont venus contenir le mécontentement.

Nyonyi Bwanakawa , maire de Beni.

Certains éléments de la police présumés auteurs de ce soulèvement ont été interpellés affirme t-il sur kis24.info

Des pertes en vies humaines n’ont pas été déplorées. Il faut noter que , le procès contre les présumés assassins du chef de quartier kasanga-tuha,Jules mambo qui se tenait à plus au moins 300 mètres de ce lieu, a été interrompu.

On parle , des prévenus qui se seraient évadés suite à cet événement. D’autres habitants de BENI ont perdu leurs biens pendant la débandade.

La tension est redevenue calme après des échanges entre manifestants et autorités politico- administratives et militaires. Celles-ci leur ont demandé de garder leur patience tout en leur promettant de trouver solution à leur problème.

Jonathan kataliko

Please follow and like us:

You may also like

Goma: Bras de fer LUCHA-Airtel, les organisations de défense des droits humains s’en mêlent

Enclenché il y a quelques jours, le bras