UNIVERSITE DE KISANGANI: Après des troubles, CT Nicolas Mombaya exige des enquêtes

UNIVERSITE DE KISANGANI: Après des troubles, CT Nicolas Mombaya exige des enquêtes

Au delà de préavis de grève des professeurs d’université aux étudiants, le mea-culpa des étudiants aux professeurs, le Chef des travaux Nicolas Mombaya préconise une approche juridique pour résoudre cette crise en dénichant les vrais auteurs de ces actes. Il s’est exprimé ainsi au cours d’une conférence de presse animée ce mardi à Kisangani.

Nicolas Mombaya devant les journalistes Boyomais a lancé un appel aux services spécialisés à trouver les vrais auteurs des ses troubles qui déshonorent l’Université.

l’Université de Kisangani est la seule que nous avons. Elle reçoit les étudiants de toutes les villes du pays. Des toutes les tributs, il n’ya rien de tribalisme ni xénophobie à Kisangani. J’invite seulement les services de sécurité à faire son travail pour dénicher les semeurs des troubles.

Chef des travaux Nicolas Mombaya

En dehors de cet appel à l’appareil judiciaire Boyomais, Nicolas Mombaya a parailleurs invité les étudiants au sens de responsabilité et à la vigilance.

A la question posée par votre rédaction sur le profil d’une personne anonyme qui poste des messages sur les réseaux sociaux impliquant l’ancien recteur de l’uniks et d’autres notables, le chef des travaux Nicolas fait confiance aux services de sécurité.

Il s’agit d’un certain Delphin. Il se fait passé pour un ancien étudiant de l’Université de Kisangani [rires…] Mais sa façon d’écrire, l’objectif de ces publications et cibles visés, nous connaissons déjà qui, il est. Je ne peux pas me taire. je precherai l’amour et la vérité au nom de l’Université. Bientôt ce pseudo Delphin sera connu.

Signalon que l’Université de Kisangani a connue des troubles durant trois jours causant des lourdes pertes matériels. Une plainte contre l’inconnu est déjà déposée au parquet par les avocats conseils de toutes ces personnes accusées injustement dans les postes de Delphin a souligné Nicolas Mombaya.

Rédaction

Please follow and like us:

You may also like

BENI : Une vingtaine des victimes rescapées des violences armées prises en charge par le CICR.

Une vingtaine des blessés par arme et des